Covid-19 : face à une situation "dramatique", la Martinique passe à un confinement strict mardi pour une durée de trois semaines

Le préfet de la Martinique a annoncé la fermeture des magasins non alimentaires, ainsi que la limitation des déplacements à un kilomètre du domicile. Un confinement plus léger était déjà en place depuis deux semaines.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un laboratoire d'analyses à Fort-de-France (Martinique), le 2 août 2021. (THOMAS THURAR / AFP)

Un "seconde phase de confinement" pour freiner l'épidémie. Stanislas Cazelles, le préfet de la Martinique, a annoncé lundi 9 août un durcissement du confinement en vigueur depuis deux semaines dans ce département d'outre-mer. La Martinique fait face à une explosion des contaminations ces dernières semaines. Le taux d'incidence a atteint 1 166 pour 100 000 habitants lundi, contre 232 en France hexagonale. Dans ce département très peu vacciné, moins de 22% de la population a reçu une première dose.

Les magasins, à l'exeption des commerces alimentaires et des pharmacies, devront fermer pour au moins trois semaines, mardi à partir de 19 heures. Les "magasins utiles pour la rentrée scolaire" rouvriront lorsque "la situation sanitaire se sera améliorée", a ajouté le préfet. Par ailleurs, le télétravail sera encouragé et les déplacements "personnels" limités à un kilomètre du domicile, contre 10 kilomètres jusque-là. "Ces règles sont strictes, elles seront levées dès que la situation sanitaire le permettra", a promis le préfet, en faisant état d'une "clause de revoyure dans 15 jours".

Plages et hôtels fermés

Les touristes "vulnérables" "sont invités à rentrer chez eux", a poursuivi Stanislas Cazelles. "Les lieux de loisirs et de culture sont fermés, a-t-il ajouté. Les plages ne seront plus accessibles au public. Les déplacements des bateaux à la sortie des marinas ne seront plus possibles." Par ailleurs, "les hôtels seront fermés, sauf pour les besoins d'accueil des professionnels et des personnes résidentes du territoire" et "il en sera de même des locations saisonnières", a ajouté le préfet.

"Les hôtels ne pourront plus accueillir de touristes mais seront mobilisés pour accueillir des renforts de pompiers, de soignants, d'aides-soignants, de médecins, d'infirmières."

Stanislas Cazelles, préfet de Martinique

à franceinfo

Il ajoute que "les compagnies aériennes sont prévenues et mobilisées" et que ces départs des touristes prendront "plusieurs jours", tout en assurant qu'il ne s'agit pas d'une "expulsion du territoire mais [d']une invitation à le quitter parce qu'ils ne sont pas en sécurité".

Visite ministérielle "de crise" aux Antilles

"Depuis deux semaines, l'épidémie a atteint une situation dramatique sur le territoire, a souligné le préfet lors d'une conférence de presse. Depuis 15 jours, nous appliquons un confinement et un couvre-feu à 19 heures. La progression a ralenti, les premiers effets sont là, mais les courbes montent encore. Ces mesures n'ont pas suffi." Au moins 563 nouveaux cas et 11 décès ont été enregistrés en 48 heures. Seuls 18% des Martiniquais sont vaccinés, selon les chiffres de la préfecture. Les mesures seront évaluées à nouveau dans trois semaines.

Le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, effectue une "visite de crise" aux Antilles, qui le conduira d'abord en Guadeloupe mardi soir. Cette île est elle aussi soumise à un confinement depuis mercredi dernier, mais les mesures ne sont pour l'instant pas aussi strictes qu'en Martinique, où Sébastien Lecornu se rendra jeudi. Il visitera un centre de vaccination au CHU de Fort-de-France, avant de rencontrer un comité d'élus. Il sera rejoint par le ministre de la Santé, Olivier Véran, le même jour.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Confinement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.