Covid-19 : Dunkerque se reconfine, la hausse des contaminations inquiète dans d'autres régions

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Covid-19 : Dunkerque se reconfine, la hausse des contaminations inquiète dans d'autres régions
FRANCE 3
Article rédigé par
L. Audebert, N. Thomas, France 3 Nord, A. d'Abrigeon, G. Daret - France 3
France Télévisions

Après concertation avec les élus locaux, la nouvelle est tombée mercredi 24 février : les habitants de Dunkerque (Nord) seront confinés le week-end, sauf dérogation. Le gouvernement pourrait faire d'autres annonces jeudi dans une dizaine d'autres départements.

Dès vendredi 26 février au soir, les habitants de Dunkerque (Nord) ne pourront plus circuler librement le week-end, sauf motif impérieux. "Dunkerque est dans la communauté de communes des Hauts de Flandres, ce qui représente environ 250 000 habitants. À compter de vendredi soir, et jusqu'au lundi matin, un confinement sera désormais adapté le week-end", a annoncé Olivier Véran, le ministre de la Santé, mercredi 24 février.

D'autres régions présentent des taux d'incidence alarmants

Les commerces non-alimentaires seront fermés. Les magasins ouverts verront quant à eux leur jauge abaissée à un client pour 15 mètres carrés. Après les Alpes-Maritimes, l'agglomération de Dunkerque est donc la deuxième zone de France à adopter un confinement localisé le week-end, mais pas forcément la dernière : mercredi, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, s'est dit inquiet face à l'accélération des contaminations au Covid-19 dans une dizaine d'autres départements. En plus des régions Provence-Alpes-Côte-d'Azur et Hauts-de-France, l'Île-de-France et une partie de la région Grand Est présentent des taux d'incidence alarmants à cause des variants.

Jeudi, le Premier ministre, Jean Castex, tiendra une conférence de presse. Officiellement, l'exécutif privilégie des mesures ciblées et localisées. En coulisses, l'hypothèse d'un reconfinement national n'est pas exclue, selon le journaliste de France Télévisions Guillaume Daret, en duplex depuis le palais de l'Élysée. "L'exécutif estime que pour l'instant, la situation ne le nécessite pas", précise-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.