Confinement à Dunkerque : le président du département du Nord craint "que le périmètre s’élargisse assez vite"

Jean-René Lecerf pense que la métropole européenne de Lille risque elle aussi "d'être concernée dans très peu de temps" par un reconfinement. L'élu redoute aussi des "difficultés" à faire appliquer ces nouvelles mesures anti Covid-19.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
L'opéra de Lille (Nord), en octobre 2020. (SYLVAIN LEFEVRE / HANS LUCAS)

Après l'annonce de la mise en place d'un reconfinement le week-end pour les 250 000 habitants de l’agglomération de Dunkerque, le président du département du Nord, Jean-René Lecerf, explique sur franceinfo mercredi 24 février que sa "crainte aujourd'hui, c'est que le périmètre s'élargisse assez vite".

"Il y a tellement d'espérances qui ont été déçues"

L'élu estime que la métropole européenne de Lille "risque d'être concernée dans très peu de temps. De l'autre côté de la frontière départementale, on a le Pas-de-Calais qui ne se porte pas bien. Je crains aussi pour Boulogne, Le Touquet, Calais, dans des délais assez rapprochés". Jean-René Lecerf prévoit déjà des difficultés à faire respecter la réglementation.

"Je m'attends à ce que les plages continuent à être prises d'assaut, à ce que l'autoroute A25, qui va de Lille jusqu'au littoral, soit encore largement couverte de touristes en quête de grand air".

Jean-René Lecerf

à franceinfo

Toutefois, le président du conseil départemental du Nord estime que ce reconfinement est justifié. "C'était à mon avis tout à fait indispensable et les mesures qui accompagnent sont des mesures de bon sens", affirme-t-il. Si aucune durée n’a été annoncée par le gouvernement, Jean-René Lecerf pense que ce nouveau confinement sera limité aux week-ends de congés,"c'est-à-dire sur deux ou trois week-ends". "Mais vous savez, il y a tellement d'espérances qui ont été déçues qu'aujourd'hui, on n'ose plus tellement en présenter de nouvelles", reconnaît-il.

Les doses de vaccin supplémentaires : "une goutte d'eau"

"Aujourd'hui, plus que jamais, la solution, c'est la vaccination", poursuit le président du département, encouragé par "des bonnes nouvelles qui viennent des Ehpad, où jamais le Covid n’a été aussi discret depuis que la vaccination est très largement entrée en ligne". La dotation supplémentaire de 16 700 doses de vaccin, annoncée ce mercredi par Olivier Véran est "bienvenue, mais une goutte d’eau dans l’océan", déplore Jean-René Lecerf qui appelle à "des responsabilités au niveau gouvernemental pour que l'on puisse hâter davantage la vaccination".

Il suggère de "mieux répartir" les vaccins "entre les territoires qui sont très menacés et ceux qui le sont beaucoup moins". Autre solution proposée par le président du département, "peut-être réquisitionner les entreprises pharmaceutiques françaises pour qu'elles produisent, avec les produits qui ont obtenu tous les agréments, de manière plus rapide".

De son côté, Jean-René Lecerf propose que le conseil départemental du Nord s’occupe du "problème du dernier kilomètre, c'est-à-dire les personnes qui sont des personnes à mobilité réduite, souffrant d'un handicap. Le Département est prêt à aller les chercher, les amener jusqu'au lieu de vaccination, voire les amener dans les lieux hospitaliers, lorsque c'est nécessaire en raison de leur état de santé".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.