Coronavirus : la crainte de restrictions dans les cimetières à la Toussaint

En cas de restrictions sanitaires renforcées, voire de reconfinement généralisé, la question de la Toussaint se pose : comment rendre hommage à ses disparus dans de telles conditions ?

France 3

À l'approche de la Toussaint, avec la crainte du reconfinement, nombre de familles ont anticipé et sont venues fleurir les tombes de leurs défunts mercredi 28 octobre. Chacun espère pourtant venir se recueillir durant le week-end du 31 octobre, et certains en appellent aux élus, comme en Isère. "Il faudrait que Monsieur le maire trouve un moyen pour qu'on puisse rentrer", demande une femme.

Un accès contrôlé pour éviter une fermeture

En Guadeloupe, la tradition de la Toussaint est très suivie : habituellement, des familles entières se retrouvent autour des tombes de leurs défunts. Pour éviter la contamination, certaines communes ont décidé de fermer, et d'autres de contrôler l'accès des cimetières, comme à Basse-Terre. "Les horaires d'ouverture seront de 6h30 à 20 heures, pas plus de six personnes qui rentrent en même temps, pas plus de six personnes autour d'un caveau familial, et on sera rigoureux dessus", indique André Atallah, le maire PS de la commune.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un cimetière à Strasbourg (Bas-Rhin), le 29 octobre 2017.
Un cimetière à Strasbourg (Bas-Rhin), le 29 octobre 2017. (SEBASTIEN BOZON / AFP)