Joinville-le-Pont : trois personnes en garde à vue après la soirée clandestine de plus de 300 personnes qui a dégénéré

Le gardien de la maison et l'organisateur de cette fête dans le Val-de-Marne ont été interpellés. Par ailleurs, le propriétaire des lieux s'est présenté de lui-même à la police.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des policiers devant le pavillon où une soirée clandestine a été organisée et a dégénéré en plein confinement, le 14 novembre 2020 à Joinville-le-Pont (Val-de-Marne). (FRANCE TELEVISIONS)

Deux personnes ont été interpellées, selon une source policière à France Télévisions, dimanche 15 novembre, après la fête clandestine, organisée en plein confinement dans un pavillon de Joinville-le-Pont (Val-de-Marne), dans la nuit de vendredi à samedi. Les deux suspects arrêtés sont le gardien de la maison et l'organisateur de la soirée.

Le premier a été arrêté samedi matin sur place. Le second a été interpellé dimanche matin. Le propriétaire des lieux s'est pour sa part présenté de lui-même à la police, samedi soir. Placées en garde à vue, ces trois personnes sont soupçonnées de "mise en danger de la vie d'autrui", de "violences volontaires sur personnes dépositaires de l'autorité publique", de "menaces et d'actes d'intimidation commis contre les personnes exerçant une fonction publique" et de "travail dissimulé".

La mairie "va porter plainte"

Les policiers ont été appelés dans la nuit de vendredi à samedi pour du tapage nocturne. Sur place, ils ont découvert un pavillon transformé en boîte de nuit, en plein confinement. Les invitations avaient été lancées sur les réseaux sociaux. Entre 300 et 400 personnes étaient rassemblées.

La fête a rapidement dégénéré. Une bagarre a impliqué une centaine d'individus. A l'arrivée des policiers, les fêtards s'en sont pris à eux. Les policiers ont répliqué par des jets de grenades à main de désencerclement et une grenade lacrymogène. Les participants ont quitté les lieux. Au moins un des participants est positif au Covid-19, selon la préfecture de police de Paris.

Aucune interpellation n'a eu lieu sur le moment. Une enquête a été ouverte. Le maire LR de Joinville-le-Pont, Olivier Dosne, a assuré dimanche sur franceinfo que la ville "va porter plainte dès lundi" pour "mise en danger de la vie d'autrui". "On ne peut être qu'indigné par le manque de responsabilité des organisateurs", a-t-il ajouté.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.