Confinement : des personnalités et élus, dont Anne Hidalgo et Eric Piolle, lancent une pétition pour un "Noël sans Amazon"

Le texte incite à privilégier les petits commerces de proximité pour acheter ses cadeaux.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La page d'accueil du site de vente en ligne Amazon, ici à Paris le 15 septembre 2020. (ANTOINE WDO / HANS LUCAS / AFP)

Des élus de gauche et écologistes, des personnalités du monde de la culture et des associations se sont associés à une pétition, lancée mardi 17 novembre, dont les signataires prennent "l'engagement d'un #NoëlSansAmazon". Et plaident, en cette période de confinement qui force de nombreuses enseignes à fermer leurs portes, pour privilégier le recours aux commerces de proximité ou à l'économie circulaire lors de l'achat des cadeaux.

"Ce n'est pas qu'un appel à ne pas commander sur Amazon, c'est aussi une pétition positive au bénéfice des commerçants de proximité et d'un e-commerce plus durable", justifie le député ex-LREM Matthieu Orphelin.

Le texte réclame également "au pied de notre sapin" des mesures pour freiner l'essor d'Amazon en France, telles que l'interdiction de nouveaux entrepôts et des lois "qui mettent fin à la concurrence déloyale et à l'injustice fiscale entre les mastodontes du numérique et les commerces physiques et de proximité".

Des artistes et des ONG soutiennent le texte

Parmi les premiers signataires figurent l'ex-ministre de l'Environnement Delphine Batho, l'ex-LREM Matthieu Orphelin, le député François Ruffin (LFI), les maires de Paris, Grenoble et Poitiers, Anne Hidalgo (PS), Eric Piolle (EELV) et Léonore Moncond'huy (EELV), le président de la Métropole de Lyon, Bruno Bernard (EELV), ou la présidente PS de la région Occitanie, Carole Delga.

France Nature Environnement, Greenpeace, la Confédération des commerçants de France et le Syndicat de la librairie française font partie des associations signataires, tout comme le réalisateur Cyril Dion, la romancière Christine Orban, le chansonnier François Morel ou le dessinateur Philippe Geluck.

Mardi, peu après 11 heures, le texte avait été signé en ligne par un peu plus d'un millier de personnes.

Ce n'est pas la première initiative qui cible Amazon depuis le début du nouveau confinement. Lundi, dans une tribune publiée sur franceinfo, des responsables politiques et syndicaux, mais aussi des libraires et des éditeurs appelaient à imposer une taxe exceptionnelle sur les ventes du géant de la vente en ligne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.