Chine : des protestations éclatent à Shanghai contre les confinements anti-Covid, certains manifestants réclament la démission de Xi Jinping

Une vidéo largement diffusée sur internet montre des protestataires en train de s'en prendre au Parti communiste chinois, une rare démonstration d'hostilité contre le président et le régime. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des protestataires à Shanghai (Chine), le 27 novembre 2022.  (AFPTV)

Le pouvoir en place doit-il s'inquiéter ? Des protestations contre les confinements ont éclaté, dimanche 27 novembre, à l'aube à Shanghai, ont rapporté des témoins oculaires. La colère monte en Chine contre la draconienne politique de "zéro Covid" pratiquée par le gouvernement depuis près de trois ans.

Une vidéo largement diffusée sur internet, et que l'AFP a géolocalisée dans la rue Wulumuqi dans le centre-ville de Shanghai, montre certains protestataires crier "Xi Jinping, démission !" et s'en prendre aussi au Parti communiste chinois. Il s'agit là d'une rare démonstration d'hostilité contre le président et le régime dans la capitale économique du pays.

Une expression censurée sur la plateforme Weibo

Une autre vidéo transmise à l'AFP par un témoin oculaire montre des gens se rassembler dans le centre de Shanghai pour rendre hommage aux 10 personnes tuées dans un incendie à Urumqi, dans le Xinjiang. De nombreux posts circulant sur les réseaux sociaux en Chine accusent les mesures anti-Covid d'avoir aggravé le drame en ralentissant l'arrivée des secours. Selon d'autres publications sur les réseaux sociaux, des veillées à la mémoire des victimes d'Urumqi ont eu lieu dans plusieurs universités du pays.

Les autorités n'ont pas tardé à restreindre les discussions en ligne sur la manifestation. L'expression "route d'Urumqi" a été censurée sur la plateforme Weibo, proche de Twitter, presque immédiatement après la diffusion des images des rassemblements.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Confinement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.