"C'est pesant" : retour des attestations de déplacement sur le marché d'Arras maintenu samedi malgré le confinement partiel

Sur le marché d'Arras, dans le Pas-de-Calais, maintenu alors que le département est soumis à un confinement le week-end, les habitants font part de leurs doutes sur l'efficacité de la mesure.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La place d'Arras, dans le Pas-de-Calais, où s'est installé le marché. (BENJAMIN ILLY / FRANCE-INFO)

Arras, dans le Pas-de-Calais, s'est réveillée vendredi sous un grand soleil, et le marché sur la place des Héros voit déjà affluer les premiers habitants. Le département est confiné le week-end à cause de la flambée du nombre de cas de coronavirus Covid-19, mais sur le marché, maintenu malgré tout par dérogation, on ne trouvera pas uniquement de l'alimentaire. "Exceptionnellement, explique ainsi le fleuriste, on a eu un coup de fil des placiers pour nous dire qu'on avait le droit de venir déballer aujourd'hui. En plus, pour nous c'est la fête des grands mères dont les stocks étaient là..."

C'est compliqué pour nous de ne fermer que le week-end : c'est là où on fait notre plus gros chiffre d'affaires.

Un fleuriste

à franceinfo

Dans les allées du marché, des hommes en uniforme circulent. Giovanni Maille est l'un d'entre eux. "Aujourd'hui, on rappelle aux commerçants de se responsabiliser sur les gestes sanitaires, à savoir la distanciation sociale entre chaque commerçant, explique le responsable des marchés. On essaye d'élargir un petit peu les allées tout en gardant le port du masque et le gel hydroalcoolique à disposition des clients."

Le retour des attestations est plus ou moins bien accueilli par les habitants. "C'est pesant", soupire une Arrageoise. "D'habitude, indique un homme un peu plus loin, c'est une fourmilière le marché à cette heure là. Il y a du soleil et il fait beau et pourtant, vous le voyez vous-même, il n'y a pas foule. Il faut que ça se termine. Il faut prendre une décision pour tout le monde. Pourquoi on confine aujourd'hui le Pas-de-Calais et pas le Nord ? Je ne sais pas... On veut vivre !" Une habitante est venue acheter de quoi remplir son frigo pour la semaine, pour ne plus avoir à sortir après. "Il faut faire attention quand même, sourit-elle. Faudrait arrêter de faire les imbéciles pour que l'épidémie s'arrête."

Le reportage, sur le marché d'Arras, de Benjamin Illy.
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.