Confinement : une future reprise scolaire qui interroge

La décision de rouvrir certaines écoles le 11 mai prochain suscite des interrogations chez les syndicats qui n’ont pas été consultés par le gouvernement.

FRANCEINFO

C’est une annonce forte qui crée déjà le débat en France. Lors de son allocution présidentielle du 13 avril, Emmanuel Macron a affirmé que les cours vont reprendre le 11 mai prochain. Une décision surprenante aux yeux de certains. « On donne une date sans qu’aient été discutées les garanties, les moyens de faire en sorte qu’on préserve ce qui est quand même essentiel, c’est-à-dire la santé des jeunes et des personnels », dénonce Frédérique Rolet, secrétaire générale de la SNES-FSU.

Des manques à compenser avant de penser à une reprise

Cette reprise de l’activité scolaire apparaît comme prématurée pour les syndicats qui s’interrogent encore sur la capacité de répondre aux problématiques d’une telle épidémie d’ici au 11 mai. « Il faut désinfecter les locaux, ce qui suppose d’avoir du personnel. Or, il y a du personnel qui sont eux-mêmes malades ou qui gardent de jeunes enfants. Il faut pouvoir disposer de masques, de gels », rappelle Frédérique Rolet.

Le JT
Les autres sujets du JT
(LIONEL BONAVENTURE / AFP)