Dimanche en politique, France 3

Confinement : le calvaire des mal-logés

L'association Droit au Logement alerte les autorités sur le sort réservé aux mal-logés et aux sans-abri durant le confinement. Une équipe s'est rendue à Muret, près de Toulouse (Haute-Garonne). Une famille de quatre personnes habite avec deux enfants confinés dans un petit studio.

FRANCE 3

À Muret (Haute-Garonne), près de Toulouse, ils sont quatre à vivre confinés dans un petit studio. Une alcôve fait office de chambre à coucher pour les parents et leurs deux enfants. Pour Abdelkhader Marni, la situation devient désespérante. "On est bloqués, on ne peut même pas voir la fenêtre. On entend seulement le bruit des voitures", explique-t-elle.

Une vie les uns sur les autres

Les filles passent de la télévision à l'ordinateur et inversement. Il n'y a pas de place pour jouer. Le père de famille gagne le smic avec son emploi d'agent d'entretien. Sa demande de logement social n'est pourtant pas considérée comme prioritaire. L'association Droit au Logement se mobilise pour cette famille. Pour les sans-abri, l'association demande la réquisition de logements vides, mais le Conseil d’État a refusé cette option. Un grand nombre d'entre eux dorment dans la rue ou dans des gymnases.

L\'association Droit au Logement alerte les autorités sur le sort réservé aux mal-logés et aux sans-abri durant le confinement. Une équipe s\'est rendue à Muret, près de Toulouse (Haute-Garonne). Une famille de quatre personnes habite avec deux enfants confinés dans un petit studio.
L'association Droit au Logement alerte les autorités sur le sort réservé aux mal-logés et aux sans-abri durant le confinement. Une équipe s'est rendue à Muret, près de Toulouse (Haute-Garonne). Une famille de quatre personnes habite avec deux enfants confinés dans un petit studio. (FRANCE 3)