Confinement : des mouvements de protestation dans cinq prisons dont celle de Longuenesse

Les détenus réclamaient davantage de douche, la possibilité de laver leur linge, mais aussi que les surveillants portent des masques.

Couloir de prison au centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier.
Couloir de prison au centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier. (NINA VALETTE / FRANCE-BLEU ISÈRE)

Une mutinerie a eu lieu dimanche 22 mars à la prison de Longuenesse (Pas-de-Calais), rapporte France Bleu Nord.

Il y a eu quatre autres "mouvements dans l'après-midi en France, à Maubeuge, Meaux, Nantes et Carcassonne", détaille Pascal Marié de la CGT. Les incidents se multiplient dans les établissements pénitentiaires depuis l'annonce des restrictions liées au coronavirus, notamment la suspension des parloirs.

Les prisonniers demandent que les surveillants portent des masques

Dimanche 22 mars, dans l'après-midi à Longuenesse, une trentaine de détenus ont bloqué la porte de la promenade et endommagé les grillages, raconte la CGT Pénitentiaire. Les détenus réclamaient davantage de douche, la possibilité de laver leur linge, mais aussi que les surveillants portent des masques. Selon le syndicat CGT, la situation a été rétablie un peu avant 17 heures, les détenus sont rentrés dans leurs cellules.

Les jours précédents, des incidents avaient été répertoriés à Béziers, Neuvic (Dordogne), Sequedin (Nord), Lille, aux Baumettes à Marseille, à Draguignan, au Mans, à Varenne-le-Grand (Saône-et-Loire), ou encore à Nanterre (Hauts-de-Seine) ou Aix-en-Provence.