Chômage partiel : salariés et patrons inquiets

Le chômage partiel est la grande mesure pour soutenir les entreprises pendant la crise. Mais ce dispositif coute cher à l’État.

FRANCE 2

Revoir les règles de l'activité partielle, le scénario inquiète les salariés d'une entreprise de porcelaine située près de Limoges (Haute-Vienne). Ils sont restés un mois au chômage technique payés à 84% du salaire net. Une baisse éventuelle pour atteindre 72% du salaire net selon les syndicats est mal accueillie par les salariés.

Pas de changement au 1er juillet

Il y aura une baisse des indemnisations peut-être aussi pour les entreprises. Une mauvaise idée selon le patron. Depuis le 1er juin, la prise en charge par l’État est en baisse. L'entreprise réfléchit aujourd'hui à faire revenir les cinq derniers salariés en activité partielle. Situation différente pour un autre producteur de porcelaine situé à quelques kilomètres. L'usine est à l’arrêt et la quasi-totalité des salariés est au chômage partiel. Le ministre du Travail répète qu'il n'y aura pas de changement dans le dispositif au 1er juillet.

Le JT
Les autres sujets du JT
Photo d\'illustration d\'une manufacture de porcelaine. 
Photo d'illustration d'une manufacture de porcelaine.  (MEHDI FEDOUACH / AFP)