Chine : des salariés de la plus grande usine d'iPhone du monde manifestent pour dénoncer leurs conditions de travail

Le géant taïwanais de la technologie Foxconn a confirmé mercredi des "violences" sur son site de Zhengzhou.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des employés d'une usine d'iPhone à Dongguan, en Chine, le 20 juillet 2022. (JADE GAO / AFP)

Des centaines d'employés ont manifesté mercredi 23 novembre leur colère en Chine contre leurs conditions de vie dans la plus grande usine d'iPhone au monde, située à Zhengzhou. Foxconn, qui possède cette usine où travaillent 200 000 employés, a confirmé des "violences". Confrontée depuis octobre à une hausse de cas de Covid-19, l'usine est actuellement confinée. Des centaines de travailleurs avaient alors pris la fuite, rapporte Le Monde.

Des images des manifestations, diffusées sur les réseaux sociaux Twitter et Weibo, montrent une foule de travailleurs défilant dans une rue. Certains font face à des personnes en combinaisons blanches de protection intégrale et à la police antiémeute. Sur une vidéo, filmée de nuit, un homme apparaît avec le visage ensanglanté. Hors-champ, on entend un autre dire : "Ils frappent des gens, ils frappent des gens. Ont-ils une conscience ?"

Foxconn concède des plaintes

Le groupe taïwanais Foxconn a reconnu que les travailleurs s'étaient plaints des salaires et des conditions de travail dans l'usine, mais a nié avoir hébergé de nouvelles recrues avec du personnel positif au coronavirus. "En ce qui concerne toute violence, l'entreprise continuera à communiquer avec les employés et le gouvernement [chinois] pour éviter que des incidents similaires ne se reproduisent", a assuré Foxconn. Apple avait admis début novembre que le confinement du site avait "temporairement affecté" la production de l'usine, un coup dur avant la période de ventes des fêtes de fin d'année.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.