Ceux "qui sont restés ensemble toute la nuit" doivent "aller faire un test" au coronavirus, selon l'adjointe à la santé à la mairie de Paris

Anne Souyris déplore les centaines de verbalisations qui ont eu lieu pour non-respect du port du masque alors que les supporters du PSG se sont réunis par centaines à Paris pour suivre ensemble la finale de la Ligue des champions qui se déroulait à Lisbonne. "On souhaite ne pas faire la fête du coronavirus", insiste-t-elle. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les supporters du PSG se sont réunis en nombre dimanche 23 août sur les Champs-Élysées à Paris.  (SAMEER AL-DOUMY / AFP)

Après les rassemblements dans plusieurs endroits de Paris dimanche pour suivre la finale retransmise de Lisbonne de la Ligue des champions PSG-Bayern Munich, notamment au Parc des Princes et sur les Champs-Élysées, Anne Souyris, adjointe EELV à la maire de Paris chargée de la santé et des relations avec l'AP-HP conseille à ceux "qui sont restés ensemble toute la soirée ou toute la nuit d'aller faire un test. J’enjoins vraiment tout le monde à le faire", lance-t-elle lundi 24 août sur franceinfo.

Des tentes de test sur la voie publique "dès la semaine prochaine"

Pour se faire tester au coronavirus, "il existe des barnums à Paris, avec Paris-plage, rappelle Anne Souyris. Et nous allons en mettre d’autres sur la voie publique dès la semaine prochaine pour que chacun puisse faire des tests rapidement".

Dimanche, 148 personnes ont été interpellées à Paris, et 404 verbalisées pour non-respect du port du masque. "C’est évidemment trop", regrette Anne Souyris, qui parle "d’images inquiétantes".

Elle explique aussi que la mairie de Paris ne souhaite pas organiser de grand rassemblement pour accueillir le retour des joueurs du Paris Saint-Germain, de retour lundi de Lisbonne. "On va essayer de bien les accueillir mais pas à des centaines et des centaines. En ce moment, on ne se rassemble pas", assène Anne Souyris. "On souhaite ne pas faire la fête du coronavirus, prévient-elle. On ne va pas recommencer à faire des dizaines de milliers de personnes qui se retrouvent".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.