Cas confirmés, hospitalisés, guéris... Comment les malades du coronavirus sont comptabilisés en France

Le ministère de la Santé établit chaque jour un bilan chiffré du nombre de personnes malades, hospitalisées ou mortes du Covid-19. Le décompte se fonde principalement sur les informations transmises par les hôpitaux et les laboratoires d'analyses. Des données qui sous-estiment la réalité de l'épidémie.

Un patient atteint du Covid-19 transporté dans une ambulance aux urgences de Mulhouse (Haut-Rhin), le 24 mars 2020.
Un patient atteint du Covid-19 transporté dans une ambulance aux urgences de Mulhouse (Haut-Rhin), le 24 mars 2020. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

C'est presque un rituel. Chaque soir, le ministre de la Santé et le directeur général de la santé tiennent un point presse sur l'évolution de l'épidémie de coronavirus en France. Selon le dernier bilan établi par Santé publique France (SPF) mercredi 25 mars, 25 233 cas de Covid-19 ont été diagnostiqués depuis le 21 janvier. Des chiffres qui masquent en partie la réalité, comme le reconnaît SPF sur son site internet. "Du fait de la difficulté de l'identification et de la confirmation biologique de l'ensemble des cas de Covid-19, les données présentées sous-estiment le nombre réel de cas", écrit l'établissement public placé sous la tutelle du ministère de la Santé, chargé notamment de la surveillance et de la gestion des épidémies en France.

>> Epidémie de coronavirus : les dernières informations dans notre direct

Pour mieux comprendre pourquoi, voici des explications sur la façon dont l'agence sanitaire recense les cas confirmés, les patients hospitalisés, guéris, en réanimation ou encore ceux qui sont décédés.

Les cas confirmés sont tous des cas dépistés

Pour dénombrer le nombre de cas confirmés, Santé publique France s'appuie sur tous les résultats des tests de dépistage du coronavirus. Ils lui sont directement transmis par les laboratoires d'analyses biologiques des hôpitaux et de ville.

Or, actuellement, ces tests sont réservés aux personnes pour lesquelles la confirmation du diagnostic représente un enjeu important, notamment les personnes hospitalisées présentant des formes graves du Covid-19, les professionnels de santé, les premiers cas possibles en Ehpad, les femmes enceintes ou encore les donneurs d'organes. Ils ne sont donc pas représentatifs de la population entière. Ainsi, un cas confirmé désigne "toute personne, symptomatique ou non, avec un prélèvement confirmant l'infection par le Sars-CoV 2", définit Santé publique France.

De fait, cette définition exclut du bilan les "cas possibles" et les "cas probables". SPF ne les comptabilise pas, mais en donne des définitions strictes. "Toute personne présentant des signes cliniques d'infection respiratoire aiguë avec une fièvre ou une sensation de fièvre, ayant voyagé ou séjourné dans une zone d'exposition à risque dans les 14 jours précédant la date de début des signes cliniques", ou "présentant une pneumonie" ou des "signes de détresse respiratoire aiguë" est considérée comme un "cas possible". "Toute personne présentant des signes cliniques d'infection respiratoire aiguë dans les 14 jours suivant un contact étroit avec un cas confirmé", est considérée comme un "cas probable".

Patients en réanimation et guéris recensés par les hôpitaux

Les hôpitaux recensent les patients atteints du Covid-19 qu'ils prennent en charge, ceux qui sont placés en réanimation, puis ceux qui sortent guéris. Chaque établissement communique quotidiennement ses données à Santé publique France. "Avec le passage au stade 3, un système d'information pour le suivi des victimes a été déployé. Mis en place lors des attentats de Paris en novembre 2015, ce dispositif permet de mieux identifier et prendre en charge les victimes", précise le quotidien Les Echos.

Les chiffres sur les personnes hospitalisées et placées en réanimation sont donc précis. En revanche, pour les guérisons, il faut les mettre en perspective. Selon les autorités sanitaires, 98% des malades guérissent de la maladie. Le directeur général de la santé a fait savoir mercredi soir lors de son point quotidien que 3 900 personnes étaient sorties guéries de l'hôpital. Mais, comme on ne connaît pas le vrai nombre de personnes contaminées, il est difficile de calculer combien de gens sont véritablement guéris en France.

Les décès comptabilisés uniquement depuis les centres hospitaliers

Depuis le 20 mars, le directeur général de la santé précise qu'il donne le nombre de morts "en milieu hospitalier". "Les morts sont uniquement comptabilisés depuis les centres hospitaliers", confirme à franceinfo la direction générale de la santé (DGS), qui dépend du ministère. "Il y a un test systématique sur les personnes pour lesquelles il y a suspicion", assure la DGS. Ce test peut également avoir lieu après la mort du patient.

En revanche, il n'y a pas, pour l'instant, de décompte officiel des morts liées au coronavirus dans les Ehpad. Le problème se pose également pour les morts à domicile, recensées par les services de l'état civil et qui ne sont pas non plus répertoriés comme étant liés à l'épidémie pour le moment. Le véritable indicateur viendra plus tard : ce sera la surmortalité.

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

• Pratique. Voici la nouvelle version de l'attestation de déplacement dérogatoire à remplir pour sortir pendant le confinement

• Eclairage. Comment le ministère de la Santé comptabilise-t-il les morts liées à l'épidémie ?

• Infographies. Cas confirmés, mortalité, localisation... L'évolution de l'épidémie en France et en Europe

• Témoignages. "Voir quelqu'un suffoquer, c'est très dur à vivre" : les personnels des Ehpad au bord de l'épuisement

• Vidéo. Les quatre gestes simples à adopter pour se protéger et éviter la propagation