"C'est assez stressant" : à une semaine du Tour de France 2020, les coureurs découvrent le protocole sanitaire et ses règles radicales

Si deux cas de Covid-19 étaient repérés dans une même équipe - coureurs comme staff - sur une semaine, alors tous les membres seraient exclus de la Grande Boucle.

Article rédigé par
Fanny Lechevestrier - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le championnat de France 2020 de cyclisme sur route à Grand-Champ (Morbihan). (NICOLAS CREACH / MAXPPP)

À une semaine du grand départ, le protocole sanitaire du Tour de France 2020 vient d'être dévoilé. Et les équipes n’auront pas le droit à l’erreur. Et une règle fait beaucoup parler dans le peloton : deux cas positifs de Covid-19 en sept jours dans une même équipe - coureurs et encadrement, du mécano au chauffeur du car, compris - et c'est toute la formation qui sera exclue du Tour de France. C'est un stress supplémentaire à gérer pour les coureurs, s'inquiète Pierre Rolland, le grimpeur. Il dispute le championnat de France ce week-end (21-23 août) à Grand-Champ (Morbihan) avec B&B Vital Concept, une des équipes françaises engagées sur le Tour : "J'ai fait le choix sur ce championnat de France de laisser ma famille à la maison pour pas qu'ils soient au contact d'autres personnes, pour que je puisse profiter d'eux en début de semaine prochaine."

Je ne suis pas sorti de chez moi de la semaine. J'ai été rouler tout seul, tout le temps. C'est assez stressant.

Pierre Rolland, coureur de B&B Vital Concept

à franceinfo

Les coureurs essaient donc, à une semaine de la course, de se mettre à l'écart au maximum, dans une sorte de bulle sanitaire. Toutes les équipes multiplient aussi et depuis des semaines les tests PCR. Mais ce qui inquiète le manageur de B&B Vital Concept, Jérôme Pineau, c'est que le risque zéro n'existe pas, malgré toutes les précautions prises. En deux secondes, deux cas, tout pourrait s'écrouler. "Deux personnes sur trente, c'est vite fait. C'est ça qui m'inquiète le plus, confie le manageur de B&B Vital Concept. J'ose espérer que si c'est une personne du staff, il sera possible de la mettre en quatorzaine ou de la renvoyer chez elle, que l'on n'arrêtera pas tout parce que sinon, je donne peu cher de la peau du peloton du Tour". Jérôme Pineau prend l'exemple du ravitaillement au supermarché qu'un membre de l'équipe va bien devoir faire à un moment donné durant les trois semaines que dure le Tour.

Nous, on fera attention à tout mais on ne pourra pas faire attention aux centaines ou aux milliers de spectateurs sur le bord de la route.

Jérôme Pineau, manageur de B&B Vital Concept

à franceinfo

Beaucoup craignent que, dans ces conditions, l'épreuve atteigne Paris avec un peloton des plus réduits. C'est pourtant à ce prix que la course pourra se tenir, rappelle la ministre déléguée au Sport,  Roxana Maracineanu : "Il faudra faire avec. Ce sera une course qui ne va pas être une course comme les autres. Comme le championnat de football ne sera pas un championnat comme les autres. Pour autant, il faut que la course ait lieu et c'est capital que le Tour de France ait lieu parce qu'il fait vivre de nombreuses équipes professionnelles." 

Le Tour fait voir des sponsors qui font vivre des équipes professionnelles et sans le Tour de France, beaucoup de ces équipes ne survivraient pas.

Roxana Maracineanu

à franceinfo

Mais plus que jamais, le Tour pourra donc basculer jusqu'à l'arrivée sur les Champs-Elysées. En plus des chutes, des blessures, les équipes vivront avec la menace d'un cas de Covid en leur sein qui pourrait mettre à terre tous leurs efforts.

Tour de France 2020 : les coureurs découvrent le protocole sanitaire et ses règles radicales - le reportage de Fanny Lechevestrier - 0
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.