Belgique : des bus dédoublés pour limiter les contaminations au coronavirus

Pour limiter la propagation du coronavirus, le service public belge fait désormais appel à des autocars privés, en plus des bus. Objectif : restreindre le nombre de voyageurs. 

France 2

En Belgique, pour couvrir une seule et même ligne de transport, les bus voyagent par deux : un bus public devant et un autocar privé derrière. Pour préserver la distanciation physique entre les voyageurs, le dédoublement des bus a été mis en place sur plus de 500 trajets dans le pays. Une mesure très bien accueillie par les passagers. "Je prends ce bus le matin et le soir, et c'est vrai qu'aux heures de pointe, on est souvent collé-serré", témoigne une voyageuse.

Priorité aux lignes rurales

Pour déterminer les lignes prioritaires, les transporteurs ont étudié la fréquentation des voyageurs. Ils ont privilégié les lignes rurales à celles des grandes villes. "Dans les villes, la fréquence des bus est plus élevée, donc si le bus est plein, j'attends le suivant : il arrive vite derrière. Dans le rural, le bus vient moins vite", explique Stéphane Thiery, porte-parole TEC. L'initiative est financée par les régions ; une aubaine pour les autocaristes, dont les véhicules étaient pratiquement à l'arrêt. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Pour limiter la propagation du coronavirus, le service public belge fait désormais appel à des autocars privés, en plus des bus, pour limiter le nombre de voyageurs. 
Pour limiter la propagation du coronavirus, le service public belge fait désormais appel à des autocars privés, en plus des bus, pour limiter le nombre de voyageurs.  (France 2)