Avec le coronavirus, le plastique fait son retour

Force est de constater que le plastique revient en force avec le déconfinement. Masques, gants, emballages en tout genre refont irruption dans la vie quotidienne, tout comme les incivilités.

franceinfo

Des dizaines de cadavres de bouteilles abandonnées sur les quais de Saône, à Lyon (Rhône), des masques jetés un peu partout dans les rues à Paris, des poubelles qui débordent à l’entrée d’une plage bretonne... Depuis quelques jours, les incivilités se multiplient. Les bonnes résolutions d’un monde plus respectueux de la nature, prises pendant le confinement, semblent pour certains déjà bien lointaines.

Une barrière au coronavirus ?

À l’heure de la pause déjeuner, le long du canal Saint-Martin, à Paris, beaucoup tentent néanmoins de faire attention à leurs déchets. Les associations environnementales s’inquiètent d’une surconsommation de plastique durant cette crise sanitaire. Le plastique à usage unique signe son grand retour alors qu’il doit être interdit en 2021. Avec la crise du Covid-19, il est considéré comme une barrière au virus et sa consommation a explosé. Une aubaine pour le lobby des fabricants, qui y voient un argument supplémentaire à son maintien.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le bisphénol B est utilisé dans la fabrication de produits d\'utilisation courante en plastique (Photo d\'illustration). 
Le bisphénol B est utilisé dans la fabrication de produits d'utilisation courante en plastique (Photo d'illustration).  (B. BOISSONNET / BSIP / AFP)