Audition de Didier Raoult : le Conseil scientifique et la Haute Autorité de santé dénoncent des propos "infamants" et de la "calomnie"

La veille, l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris avait également jugé que des déclarations du professeur Raoult "semblent s'apparenter à un faux témoignage".

Didier Raoult, directeur de l\'IHU de Marseille, lors de son audition devant la commission d\'enquête de l\'Assemblée sur le Covid-19, le 24 juin 2020.
Didier Raoult, directeur de l'IHU de Marseille, lors de son audition devant la commission d'enquête de l'Assemblée sur le Covid-19, le 24 juin 2020. (THOMAS COEX / AFP)

Ils voient rouge. Des propos tenus par Didier Raoult devant les députés de la commission d'enquête sur le Covid-19 sont "infamants" et relèvent de la "calomnie", ont accusé le Conseil scientifique et la Haute Autorité de santé (HAS) dans des courriers à l'Assemblée obtenus le jeudi 2 juillet par l'AFP.

"A la suite des déclarations du professeur Raoult devant la commission d'enquête le 24 juin 2020, les membres du Conseil scientifique Covid-19 considèrent ses propos et insinuations comme infamants et dépourvus de fondements", écrit ainsi le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, dans une lettre datée du 30 juin.

Une "intention de tromper"

Cette lettre pointe particulièrement les accusations de conflits d'intérêts portées par Didier Raoult lors de son audition. Selon Jean-François Delfraissy, le professeur Raoult a fait preuve d'une "certaine forme 'd'intention de tromper'" les députés de la Commission en entretenant "de manière répétée une confusion entre les notions pourtant bien distinctes de liens et de conflits d'intérêts".

Dans un courrier distinct daté du 1er juillet et adressé à Richard Ferrand, la présidente de la Haute Autorité de santé, Dominique Le Guludec, conteste aussi des propos de Didier Raoult sur les conflits d'intérêt. Et dans un autre courrier officiel consulté mercredi, l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris avait également jugé que des déclarations du professeur Raoult s'apparentaient "à un faux témoignage"