Application StopCovid : quels dangers et quelle efficacité ?

La CNIL a donné mardi 26 mai son feu vert à l'application StopCovid présentée par le gouvernement comme un outil pour stopper la chaîne de contamination. Elle devrait être opérationnelle le week-end prochain après un vote des députés.

France 3

Voici à quoi devrait finalement ressembler l'application StopCovid, l'un des atouts majeurs du gouvernement dans sa stratégie de déconfinement. Cette entreprise de Chambéry (Savoie) a participé à créer l'interface qui serait téléchargeable sur la base du volontariat et gratuitement. Selon ce système, l'application enregistre les appareils à proximité grâce à la technologie Bluetooth. Si une personne positive au coronavirus signale sa maladie, tous ceux qui l'ont croisé pendant au moins quinze minutes et à moins d'un mètre dans les quinze derniers jours reçoivent un message d'alerte pour être testés à leur tour.

Le projet vient d'être validé par la CNIL 

Selon les concepteurs de l'application, aucune donnée personnelle ne serait enregistrée. "On protège vraiment la vie privée c'est-à-dire qu'on ne sait pas qui utilise l'application et qui est malade", assure Thomas Jaussoin, président de Lunabee. Le projet vient d'être validé par la CNIL, qui demande un droit à l'effacement des données. Une application pour lutter contre un virus, les Français sont partagés. 60 militaires l'ont testé et pour le secrétaire d'État au numérique, les résultats sont concluants. Si les parlementaires l'approuvent, elle pourrait être téléchargeable dès ce week-end.

L'identité de l'utilisateur est cryptée

Mais si je la télécharge et me déclare malade, les autorités peuvent-elle me retrouver pour me demander de me confiner ? "Le gouvernement assure que non, d'abord parce que l'application fonctionne sans géolocalisation et parce que l'information selon laquelle vous êtes malade ne sera transmise à aucune administration. Votre nom n'apparaîtra pas non plus. Sur l'application, l'identité de l'utilisateur est cryptée", assure Benjamin Delombre sur le plateau de France 3.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une femme utilise son téléphone portable, à Rennes (Ille-et-Vilaine), en avril 2020.
Une femme utilise son téléphone portable, à Rennes (Ille-et-Vilaine), en avril 2020. (VALENTIN BELLEVILLE / HANS LUCAS / AFP)