Aides Covid de l'État : un influenceur accusé d'avoir détourné au moins 7 millions d'euros

Publié Mis à jour
Aides Covid de l'État : un influenceur accusé d'avoir détourné au moins 7 millions d'euros
France 2
Article rédigé par
N. Perez, Z. Berkous, L. Haedrich, S. Ripaud - France 2
France Télévisions

Le procès d'un influenceur soupçonné d'avoir escroqué le fonds d'aide aux entreprises créé au moment de la crise du Covid-19 s'est ouvert lundi 13 juin. Il avait réclamé, au nom de 695 indépendants ou autoentrepreneurs, près de 34 millions d'euros, et aurait touché 7 millions d'euros.  

Ce sont ses vidéos qui l'ont trahi. En 2020, la nouvelle vie de millionnaire de Paul Antony s'étale sur les réseaux sociaux. Voitures de luxe, location de yachts, suites dans des palaces, fêtes pharaoniques dans des discothèques de Dubaï (Émirats arabes unis)... Pourtant, officiellement, ce jeune homme de 22 ans est chauffeur-livreur et vit chez sa mère en banlieue parisienne. Ces images vont mettre les enquêteurs sur la piste d'une fraude massive au fonds de solidarité Covid.    

Paul Antony reconnaît les faits    

L'arnaque fonctionne ainsi : par exemple, un livreur, profession non éligible aux aides Covid, pouvait envoyer son dossier complet à l'escroc présumé, qui changeait ensuite le secteur d'activité. Le livreur devenait alors artiste. Le dossier partait au ministère des Finances, qui débloquait les fonds. La réalité des activités professionnelles n'était pas systématiquement contrôlée.

Depuis lundi 13 juin, Paul Antony, cerveau présumé de l'arnaque, comparaît, détenu, avec cinq autres prévenus. Il reconnaît les faits. "C'était un jeu d'enfant, si je puis me permettre. L'État peut se reprocher aussi le fait d'avoir mis en place ce système sans prévoir des garde-fous alors que les sommes en jeu étaient conséquentes et astronomiques", explique Maître Mourad Batthik, avocat d'un prévenu. Paul Antony et son "équipe Covid" auraient empoché plus de 7 millions d'euros de commissions. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.