Levothyrox : ouverture du procès au civil intenté par 4 113 personnes contre le laboratoire Merck

Elles veulent faire reconnaître le préjudice moral qu'elles disent avoir subi en prenant la nouvelle formule du médicament.

Un dossier Levothyrox, le 14 novembre 2017, à Toulouse.
Un dossier Levothyrox, le 14 novembre 2017, à Toulouse. (REMY GABALDA / AFP PHOTO)

Le procès au civil intenté par 4 113 personnes contre le laboratoire Merck s'ouvre lundi 3 décembre à 9 heures à Villeurbanne, près de Lyon (Rhône). Pour l'occasion, la salle de concert du Double Mixte a été louée pour accueillir toutes les parties civiles concernées par ce dossier du Levothyrox, dont la nouvelle formule leur aurait causé des effets secondaires parfois très importants. Les plaignants réclament chacun 10 000 euros d'indemnisation pour le préjudice subi. Une enquête pénale est également en cours.

Ces personnes malades de la thyroïde veulent faire reconnaître le préjudice moral qu'elles disent avoir subi. Il s'agit notamment de l'angoisse après des effets secondaires tels que des insomnies, pertes de cheveux, dépressions et palpitations cardiaques, ainsi qu'un défaut d'information, puisque certains patients ont appris dans la presse seulement, pendant le scandale, que la formule du médicament avait changé.

Selon leur avocat, le laboratoire Merck savait que 3 à 10% des patients allaient souffrir de la modification du cachet et aurait dû l'indiquer en rouge sur les boîtes, en communiquant dans la presse et en demandant de nouvelles analyses de sang aux médecins – comme cela a été fait en Belgique, limitant la crise.