Le "shell on" challenge : quand manger ses emballages devient tendance

La mode est devenue virale chez les adolescents américains, en particulier sur Snapchat. Mais cela n’est pas sans dangers.

Le \"shell on\" challenge : quand manger ses emballages devient tendance
Le "shell on" challenge : quand manger ses emballages devient tendance (© Hostess_Snacks sur Twitter)

On connaissait le condom-snorting challenge, le blue whale challenge, le ice and salt challenge, et même le cheese challenge… Voici venue l’ère du shell on challenge [1]. Le principe ? Des adolescents se filment en train de manger un produit avec son emballage ou sa peau, et postent la vidéo sur les réseaux sociaux – en particulier sur Snapchat et Twitter.

Perturbateurs endocriniens et risques d’étouffement

Des vidéos qui semblent amuser ces jeunes Américains, et pourtant… Ce défi n’a rien d’anodin. Car si manger une peau de banane ou de citron, par exemple, n’est pas dangereux, il n’en va pas de même pour le plastique. Celui des emballages peut en effet contenir du bisphénol A, un perturbateur endocrinien, qui a la particularité de "migrer" vers les aliments et de les contaminer.

Les emballages peuvent également contenir du chlorure de vinyle, une substance classée cancérogène avéré par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) pour deux formes de cancers du foie.

Consommer des substances non comestibles peut en outre entraîner des complications médicales, comme des problèmes abdominaux ou des perforations intestinales. Sans parler des risques d’étouffement que représente l’ingestion de plastiques ou de cartons.

"C’est drôle"

Une vidéo récemment postée sur Snapchat montre Liam Hamm, un élève de seconde américain, mordre dans un sac en plastique contenant des carottes. L’adolescent a depuis été interrogé par Arizona Republic, un journal local. Liam dit avoir vu des vidéos de "shell on" sur Snapchat, ce qui l’a poussé à publier la sienne. L’une d’elle, où l’on peut voir un jeune garçon mordre dans un citron et recevoir du jus dans l’œil, lui a particulièrement plu.

"C’est drôle parce que ce n’est pas une coquille à proprement parler, mais c’est le terme que les gens utilisent", tente-t-il d’expliquer. Avant de poursuivre : "C’est un peu comme le Tide Pod challenge [le défi de manger des dosettes de lessive, ndlr], sauf que ce n’est pas dangereux." Espérons que le prochain défi du même type reste bon enfant, et qu’on n’assiste pas au lancement d'un "moquette challenge" ou d'un "litière challenge"… Mais chut, ça pourrait donner des idées.


[1] De l’anglais "shell", coquille. "Shell on" signifie "avec la coquille".