Cet article date de plus d'onze ans.

Lancée le 11 mai, cette étude vise à recruter des "nutrinautes" pour répondre à des questionnaires sur l'alimentation

Un an après son lancement, plus de 130.000 internautes, dont les trois-quarts sont des femmes, se sont déjà inscrits au programme de recherche national NutriNet-Santé sur les comportements alimentaires des Français.Prévue pour cinq ans, l'étude s'est fixée de recruter un demi-million de "nutrinautes" de plus de 18 ans.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
130.000 internautes, inscrits au programme de recherche national NutriNet-Santé (Getty Images - Zia Soleil)

Un an après son lancement, plus de 130.000 internautes, dont les trois-quarts sont des femmes, se sont déjà inscrits au programme de recherche national NutriNet-Santé sur les comportements alimentaires des Français.

Prévue pour cinq ans, l'étude s'est fixée de recruter un demi-million de "nutrinautes" de plus de 18 ans.

131.342 s'étaient déjà inscrits sur le site de l'étude à la date du 10 mai 2010. A ce stade, 75% sont des femmes, 46% ont plus de 45 ans, 61% occupent un emploi, 16,4% sont retraités, 7,8% étudiants, 6% chômeurs, 6% au foyer.

La répartition géographique des inscrits est proche de celle de la population française : 21,5% vivent en Ile-de-France, 10,4% en Rhône-Alpes, 8,2% en PACA, 5,7% en Pays de la Loire, 5,6% en Bretagne, 4,9% en Nord-Pas de Calais et Aquitaine, 4,6% en Midi-Pyrénées, 4,4% en Languedoc-Roussillon.

Caen est la ville de plus de 100.000 habitants comptant le plus de nutrinautes (rapportés au nombre d'habitants adultes), suivie de Dijon, Rennes et Nancy.

Café et thé sont bons pour la santé
Café et thé arrivent largement en tête des groupes d'aliments qui contribuent le plus, dans l'alimentation des Français, à l'apport en polyphénols. Ces substances d'origine végétale auraient des effets bénéfiques sur la santé, selon l'étude NutriNet-Santé.

Maladies cardiovasculaires, cancers, vieillissement cérébral : si les données scientifiques sur l'effet protecteur des polyphénols restent encore limitées, des études chez l'animal ont permis de leur attribuer des propriétés anti-oxydantes, anti-inflammatoires, anti-carcinogènes ou protectrices du système vasculaire.

A terme, le programme NutriNet-Santé devrait permettre d'étudier "dans le détail" les propriétés des différents types de polyphénols et leurs effets sur la santé, et contribuer à définir des apports conseillés, ce qui n'existe pas actuellement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.