Vidéo Des femmes médecins et des infirmières parlent du sexisme au travail

Publié Mis à jour
“Tout est dans le sous-entendu, mais on ne dit pas, en fait : ‘C'est un agresseur sexuel, ce médecin.” Dans le corps médical, les femmes, qu’elles soient médecins, infirmières ou stagiaires, sont victimes de sexisme dans l’exercice de leur métier. Aujourd’hui, elles s’expriment sur Brut.
Brut.
Article rédigé par

“Tout est dans le sous-entendu, mais on ne dit pas, en fait : ‘C'est un agresseur sexuel, ce médecin.” Dans le corps médical, les femmes, qu’elles soient médecins, infirmières ou stagiaires, sont victimes de sexisme dans l’exercice de leur métier. Aujourd’hui, elles s’expriment sur Brut. 

C'est facile de mettre une main aux fesses au bloc opératoire, oui ! Parce qu'on est tous collés les uns aux autres. Et puis : ‘Ah bah tiens, ta blouse, elle est descendue !’ Et paf !” Voilà ce que peuvent vivre les femmes exerçant leur métier dans le monde médical. Ces violences sexistes et sexuelles les atteignent peu importe leur statut, qu’elles soient médecins, chirurgiennes, infirmières, ou encore stagiaires. Mais elles n’osent pas prendre la parole, de peur des conséquences. “J’ai déjà eu un chirurgien qui posait comme question : ‘Est-ce que c'est bon au lit avec toi ?’ Il posait ça pendant le bloc. Et toi, tu ne sais pas trop quoi répondre. T’es un peu impressionnée. Tu as peur qu’on t’invalide ton stage.

“Mon poussin”, “ma chérie”, “chouchou”

J'étais en stage en neurologie et c'était un patient qui devait avoir une ponction lombaire. Une ponction lombaire, moi, en tant que stagiaire, mon rôle, c'était de le tenir pour avoir le dos bien courbé, pour que le médecin puisse être entre les vertèbres et que le patient ne bouge pas. Je devais le tenir mais lui faire comme un câlin, quoi. Et en fait, il en a profité pour me toucher les seins et me toucher les fesses aussi. Une ponction lombaire, faut vraiment pas que le patient bouge. Donc en fait, je n'ai rien dit pour le bon déroulé du soin. Et quand le soin s'est fini, j'en ai parlé à l'équipe et ils m'ont demandé si j'avais aimé”, rapporte une jeune femme.

Mais ces violences sont souvent minimisées par les praticiens. “Si jamais on relève ce type de blague sexiste ou de commentaires à caractère sexuel, les médecins vont s'en défendre potentiellement avec l'invocation de cette culture carabine. 'Carabin', c'est devenu le terme par lequel on désigne des étudiants en médecine. Et du coup, cet humour carabin, ce serait faire des blagues graveleuses, grivoises, à connotation sexuelle dans le milieu hospitalier. Ça permettrait de gérer émotionnellement les situations auxquelles ils sont confrontés”, explique une autre soignante.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.