Suicide du cardiologue de l'hôpital Georges-Pompidou : l’inspection du travail conclut à un "homicide involontaire"

Le 17 décembre 2015, le professeur Jean-Louis Mégnien, cardiologue à l’hôpital européen Georges-Pompidou à Paris s’était suicidé sur son lieu de travail en se jetant par la fenêtre.

L\'hôpital Georges-Pompidou, à Paris, le 7 novembre 2014.
L'hôpital Georges-Pompidou, à Paris, le 7 novembre 2014. (THOMAS SAMSON / AFP)

Le professeur Jean-Louis Mégnien, cardiologue à l’hôpital Georges-Pompidou, à Paris, s'est suicidé sur son lieu de travail, le 17 décembre 2015. Il s'est jeté par la fenêtre. L'inspection du travail a enquêté et conclu à un "homicide involontaire", révèle Le Figaro, jeudi 9 février. "Le rapport des deux inspecteurs met directement en cause la directrice de l’hôpital, Anne Costa", écrit le journal.

La hiérarchie avait été alertée

Avant son suicide, le cardiologue n’avait cessé de dénoncer, pendant des mois, le harcèlement moral qu’il subissait de la part de sa hiérarchie. Il en avait d’ailleurs informé la direction générale de l’AP-HP. Et toujours avant le suicide du cardiologue, un de ses collègues avait, en décembre 2014, averti la hiérarchie du mal-être du médecin. Aucune réponse n’avait été apportée.

Le professeur Mégnien s’était donné la mort quatre jours après sa reprise du travail à la suite d'un arrêt maladie de plusieurs mois. Dans une lettre rendue publique en décembre 2015, un chef de service de psychiatrie, le Pr Bernard Granger, avait mis l'accent sur "la façon dont ce collègue a été objectivement maltraité".