Les soignants de l'hôpital Lariboisière à Paris désormais escortés par des agents de sécurité jusqu'au métro, après des agressions

Selon les syndicats, le personnel de l'hôpital se fait régulièrement insulter et cracher dessus par des toxicomanes.

A la station de métro Barbes-Rochechouart à Paris, le 18 mars 2020 (photo d\'illustration).
A la station de métro Barbes-Rochechouart à Paris, le 18 mars 2020 (photo d'illustration). (YOAN VALAT / MAXPPP)

Les soignants des hôpitaux Lariboisière et Fernand-Widal, à Paris, peuvent se faire raccompagner jusqu'aux stations de métro de Barbès et Gare du Nord par des agents de sécurité après plusieurs agressions, annonce l'AP-HP à franceinfo. Entre 18h et 22h, le personnel hospitalier peut être encadré par des agents de sécurité privés jusqu'aux portes des stations. Cette mesure fait suite à une hausse des agressions à proximité des centres hospitaliers, signalée, selon les syndicats, lors d'une réunion du CHSCT mercredi 26 mars.

Insultes et crachats contre des infirmières

Selon Christian Le Bivic, du syndicat CFDT de Lariboisière, des toxicomanes s'en prennent régulièrement aux soignants. "Si vous êtes une femme seule, que vous partez des urgences ou de l'entrée de l'hôpital vous êtes obligés de passer par là", détaille le syndicaliste, qui évoque "des groupes de 20 ou 30". "Si vous êtes deux, vous pouvez vous faire agresser verbalement ou physiquement", continue Christian Le Bivic. Le délégué syndical rapporte des faits d'agressions orales pour de l'argent mais aussi le cas d'une soignante qui s'est fait "arracher son sac à dos."

Des scène similaires sont rapportées par Yann Flecher, infirmier à Lariboisière et délégué syndical CGT. "Je me suis fait insulter vers 19h dans la rue Guy-Patin, la rue qui conduit de Lariboisière vers Barbès", indique-t-il à franceinfo. "Je suis relativement costaud, j'ai un gabarit qui fait qu'on va peut-être pas m'agresser tout de suite." Il évoque par contre les mésaventures de collègues féminines : "J'ai une collègue de mon syndicat qui elle s'est fait cracher dessus lors d'un retour chez elle, elle était avec d'autres collègues, et leur état de soignant était clairement visé."

Des effectifs de police déjà renforcés

Depuis mardi soir, des agents de sécurité accompagnent par petits groupes les soignants qui le souhaitent, entre 18h et 22h. Pour le représentant syndical, "la réaction de la direction va dans le bon sens. Mais je trouve dramatique que, nous soignants, qui trimons toute la journée pour sauver des vies, on en vienne à devoir être accompagnés par des agents de sécurité pour accéder à la gare du Nord ou au métro Barbès."

L'AP-HP souligne que cette mesure vient en supplément des effectifs de police présents sur la zone, des tournées renforcées depuis mercredi 26 mars selon la CGT.