Hôpitaux de Paris : la direction et la CFDT s'accordent sur la réorganisation du temps de travail

La CGT et Sud-Santé, les deux syndicats majoritaires, restent opposés à la remise à plat des accords sur les 35 heures.

Des employés de l\'AP-HP manifestent contre le plan Hirsch de réorganisation du temps de travail, à Paris, le 17 septembre 2015.
Des employés de l'AP-HP manifestent contre le plan Hirsch de réorganisation du temps de travail, à Paris, le 17 septembre 2015. (MICHAEL BUNEL / NURPHOTO / AFP)

La direction de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) et la CFDT ont trouvé, mardi 27 octobre, un accord sur l'organisation et le temps de travail des 75 000 salariés non-médecins de l'AP-HP. Les deux syndicats majoritaires, CGT et Sud-Santé, restent opposés à l'accord.

Dans un communiqué, la direction qualifie la réforme des 35 heures dans les hôpitaux parisiens d'"importante et équilibrée". L'aménagement du temps de travail, lancé en mars dernier par Martin Hirsch, avait suscité une forte résistance chez les membres du personnel non médical et provoqué plusieurs journées de grève et de manifestations.

Des dépassements d'horaires "mieux contrôlés"

D'après les termes de l'accord, cité par Le Monde, la journée de 7h36 (semaine de 38 heures) "est maintenue et ouvre le droit à 18 jours de RTT", et la journée de 7h30 avec 15 jours de RTT est introduite pour les nouvelles recrues, et "sur une base volontaire" pour les agents en poste. La journée de 7h50 disparaît.

En revanche, les services qui ne fonctionnent pas 24 heures sur 24 pourront s'organiser en 8h45, 9 heures ou 10 heures. Par ailleurs, le principe de "l'équipe de journée", très décrié par les syndicats, sera généralisé au plus tard le 1er septembre 2016. Dans le protocole d'accord, la direction s'engage en outre à ce que "les dépassements d'horaires soient mieux contrôlés" et "pris en compte lorsqu'ils sont justifiés".

"Les nouvelles dispositions seront soumises aux instances représentatives du personnel et un comité de suivi sera mis en place", explique encore Le Monde. Le texte s'appliquera "à compter du 1er janvier 2016 sous réserve du calendrier des procédures internes", précise l'accord.