Faux sang et "prix du mépris" : Attac et le collectif Inter-Urgences mènent une action coup de poing devant le ministère de la Santé

"Des années de politique du chiffre ont mené l’hôpital et ses personnels au bord du gouffre", soulignent Attac et Inter-Urgences dans un communiqué commun expliquant cette action, samedi. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des militants d'Attac et du collectif Inter-Urgences ont déversé de la peinture rouge et remis "le prix du mépris" à l'entrée du ministère de la Santé, le 20 juin 2020 à Paris.  (COLLECTIF INTER-URGENCES / TWITTER)

Une action symbolique forte pour exprimer leur colère. Des membres de l'association altermondialiste Attac et du collectif Inter-Urgences ont déversé de la peinture rouge sur l'entrée du ministère de la Santé à Paris, samedi 20 juin, pour dénoncer le manque de moyens dans le système hospitalier français.

Par leur action visant à maculer l'entrée du ministère de "faux sang", les militants ont symboliquement remis au ministère de la Santé le "prix du mépris", tout en saluant la mobilisation du personnel hospitalier dans la gestion de la crise sanitaire du nouveau coronavirus.

"Par cette action, nous avons symbolisé le fait que ce gouvernement a du sang sur les mains, a la responsabilité de milliers de morts", a déclaré à Reuters Aurélie Trouvé, porte-parole d'Attac France. Les militants ont aussi déroulé une pancarte avec l'inscription "les comptes de la honte".

L'hôpital et les soignants "au bord du gouffre"

"Des années de politique du chiffre ont mené l'hôpital et ses personnels au bord du gouffre", soulignent Attac et Inter-Urgences dans un communiqué commun.

"Pourtant, malgré le manque de lits, d'équipement et de matériel de protection, les personnels hospitaliers ont fait preuve d'un extrême dévouement au plus fort de la crise pour sauver un maximum de vies, parfois même au prix des leurs", poursuivent-ils.

Le personnel soignant, fortement mobilisé depuis le début de l'épidémie de Covid-19, a manifesté mardi dans plusieurs villes de France. A Paris, des accrochages avec les forces de l'ordre ont éclaté en marge du cortège.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Hôpital

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.