Femme handicapée interdite d'accès à son avion : la compagnie Hop! présente ses excuses

Cette professeure n'a pas été autorisée à prendre l'avion qui devait la ramener chez elle, à Reims. Une situation vécue à plusieurs reprises.

Un avion de la compagnie Hop!, à l\'aéroport de Morlaix (Finistère), le 7 avril 2017.
Un avion de la compagnie Hop!, à l'aéroport de Morlaix (Finistère), le 7 avril 2017. (FRED TANNEAU / AFP)

Atteinte d'une maladie génétique, Martine Herzog Evans n'a pas été autorisée à embarquer dans son avion de la compagnie Hop!, sur ordre du commandant de bord. Elle raconte sa mésaventure survenue à l'aéroport d'Agen (Lot-et-Garonne). "J'étais prête à être transportée dans l'avion avec l'assistance handicapée et le commandant a décrété que je représenterais un risque si j'entrais dans l'avion", explique la femme, contrainte de se déplacer avec une canne, à France Bleu Champagne-Ardenne.

"Sa décision était fondée sur le fait qu'en cas de crash ou d'atterrissage difficile, il n'y avait pas de personnel commercial dans l'avion et par conséquent personne ne pourrait venir m'aider", poursuit Martine Herzog Evans. Elle ne peut ni gravir des escaliers ni rester debout très longtemps. Mais elle peut malgré tout marcher et être évacuée de l'appareil en cas de nécessité. Le commandant de bord est resté inflexible. 

C'était humiliant, j'ai trouvé ça très brutal.Martine Herzog EvansFrance Bleu Champagne-Ardenne

Hop! a présenté ses excuses. Joint par franceinfo, la compagnie aérienne a évoqué "un changement d'avion" pour ce vol qui ne disposait pas de personnel navigant. Hop! s'excuse de ne pas "l'avoir prévenue" de ce changement.

Pas de plainte mais la volonté de sensibiliser

Ce n'est pas la première fois que cette professeure de droit, qui travaille à Rouen et était en déplacement professionnel à Agen, subit cette situation. Quelques jours plus tôt, le personnel navigant d'un train avait voulu lui interdire la montée dans une rame. "Ça s'est réglé en échangeant et j'ai pu prendre mon train", explique-t-elle.

Martine Herzog Evans ne souhaite pas donner des suites judiciaires à cette affaire. En revanche, elle va solliciter Air France et Hop! pour que l'incident ne se répète pas pour ses prochains voyages. Elle tient surtout à communiquer, car les personnes porteuses d'un handicap sont souvent confrontées à ce type de comportement et d'obstacles.