Fécondation in vitro : deux chances sur trois d'y arriver en six tentatives ou moins

En France, la Sécurité sociale rembourse les quatre premières tentatives de fécondation in vitro (FIV). Mais quelle est la probabilité de voir naître un enfant à chaque nouvel essai ? Y-a-t-il encore des chances de succès au-delà ? Une analyse de plus de 250.000 FIV réalisées au Royaume-Uni entre 2003 et 2010, publiée ce 22 décembre dans le JAMA, vient répondre à ces questions qui préoccupent de nombreux couples désirant un enfant.

Les chercheurs britanniques ont suivi, sur un peu plus de huit ans, 156.947 femmes bénéficiaires d'un total de 257.398 stimulations ovariennes et tentatives de fécondation in vitro dans les années 2000. Ces femmes étaient âgées de 18 à 55 ans (âge médian : 35 ans).

Les données publiées montrent que le taux de naissances vivantes à l'issue du premier cycle de FIV était de 29,5% [1]. Environ sept femmes sur dix se verront donc proposer une nouvelle tentative. Une portion, toutefois, abandonnera suite à un trop mauvais pronostic ou pour des raisons personnelles.

Pour celles qui retentent l'expérience, les chances que la FIV aboutisse à une naissance vivante est voisine de 25%. A l'issue d'une troisième tentative, ce taux de succès est estimé autour de 22,5%. A la quatrième, de 20,5%.

En postulant qu'environ trois femmes sur dix interrompent l'aventure du fait d'un mauvais pronostic médical (c'est-à-dire que, pour des raisons biologiques, leurs chances de succès sont jugées nulles), les chercheurs estiment que 60% des femmes bénéficiant d'une FIV auront un enfant en quatre tentatives ou moins.

Pour celles, parmi les 40% restantes, qui persévéreraient - en dépit des obstacles financiers et des difficultés psychologiques éventuelles, liées à l’investissement émotionnel dans chaque tentative - le taux de succès de la cinquième FIV est encore très élevé, estimé entre 17,0% et 19,7%. La probabilité d'une naissance à la sixième FIV serait comprise entre 15,2% et 19,6%.

65% de chances en six FIV ou moins

Les chercheurs en déduisent qu'il y a environ 65% de chances qu'un enfant soit né à ce moment-là. Pour les septième et huitième tentatives, le taux de succès estimé oscille autour de 17%. Seules 13 des 83 femmes qui ont essayé une neuvième fois ont finalement eu un enfant. La probabilité d’enfanter, pour une personne qui envisage d'emblée neuf FIV, est proche de celle d'une personne qui envisage un maximum de six FIV : 68,7%.

Mais les données varient fortement selon l’âge des participantes. Pour les femmes âgées de moins de 40 ans, le taux de succès est sensiblement plus élevé : le taux de succès est de 32,3% à la première FIV, et la probabilité de mettre au monde un enfant en six FIV ou moins est de 68,4%. Pour celles âgées de 40 à 42 ans, le taux de succès à la première FIV n'est que de 12,3%, et la probabilité cumulée sur six FIV potentielles de 31,5%. Au-delà de 42 ans, les taux de succès pour chaque FIV sont de l'ordre de 4%.

Source : Live-Birth Rate Associated With Repeat In Vitro Fertilization Treatment Cycles. A.D.A.C. Smith et coll. JAMA. 2015;314(24):2654-2662. doi:10.1001/jama.2015.17296.


[1] D'un point de vue statistique, cette donnée permet d'affirmer que, si l'on avait réalisé l'étude sur l'ensemble de la population, il y a 19 chances sur 20 que le taux de succès mesuré aurait été compris entre 29,3% et 29,7%. En d'autres termes : la fiabilité de cette estimation est très élevée.