Congé paternité : c’est comment ailleurs ?

En France, le possible rallongement du congé paternité est à l’étude. Dans le monde, ces politiques varient d’un pays à l’autre. Tour du monde du congé paternité. 

Le congé paternité français bientôt rallongé ou obligatoire ? Le 22 janvier, la secrétaire d’État à l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa a indiqué qu’un possible rallongement du congé paternité était étudié par l’Inspection générale des affaires sociales. Instauré en 2002, le "congé de paternité et d’accueil du jeune enfant" est actuellement de onze jours consécutifs, dix-huit en cas de jumeaux ou triplés, auquel s’ajoute un congé de naissance de trois jours. Non obligatoire et indemnisé par l’Assurance maladie, il est pris par sept pères sur dix seulement. Dans le monde, il existe une grande disparité en ce qui concerne cette législation. 

Aux États-Unis, il n’existe pas de congé paternité

Dans certains pays, le congé maternité est beaucoup plus court, voire inexistant. En Grèce par exemple, il est de deux jours pendants lesquels le père touche la totalité de son salaire. Aux États-Unis, par contre, il n’existe ni de congé paternité ni de congé maternité. La loi garantit seulement le droit à une femme ou un homme de s’absenter pour des "raisons familiales" jusqu’à douze semaines non payées, et de retrouver son poste au retour.

Dans d’autre États au contraire, la législation est beaucoup plus favorable aux pères. Au Kenya par exemple, il est de quatorze jours, tandis qu’au Portugal, le père a droit à vingt jours dont dix sont obligatoires. En Suède d’autre part, beaucoup d’hommes ne se contentent pas d’un court congé à la naissance de l’enfant. Un quart des congés parentaux sont pris par des hommes. Rémunéré à 80% du salaire net, il dure treize mois à condition que le deuxième parent prenne lui-même au moins deux mois de congé.

Congé paternité : c’est comment ailleurs ? 
Congé paternité : c’est comment ailleurs ?  (BRUT)