Essai clinique à Rennes : qui se cache derrière le laboratoire Bial ?

C'est ce laboratoire, qui est à l'origine de la molécule qui a provoqué la mort d'un volontaire, le 17 janvier dernier.

FRANCE 2

La molécule BIA 10-2474 testée à Rennes (Ille-et-Vilaine) a été mise au point par le laboratoire Bial. Fondé en 1924, il est situé au Portugal et commercialise ses médicaments dans une cinquantaine de pays. Le professeur Christian Marescaux, le neurologue choisi comme expert par la famille de la victime décédée, est virulent. Il accuse Bial de ne pas avoir eu d'objectif précis et d'avoir mis les volontaires en danger.

"Aucune raison de remettre en cause la confiance"

Le laboratoire affirme que c'est sa fondation qui s'occupe de parapsychologie. Rien à voir selon lui avec les recherches pharmaceutiques. En France, Bial ne commercialise qu'un seul médicament : un antiépileptique. Depuis six ans, il collabore avec le laboratoire Biotrial, à Rennes. "Il n'y a aucune raison de remettre en cause la confiance", explique François Peaucelle, directeur général de Biotrial. La justice devra trancher sur la responsabilité du laboratoire Bial dans cet essai thérapeutique.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des personnes passent devant l\'hôpital de Pontchaillou à Rennes (Ille-et-Vilaine), où six patients sont hospitalisés après un essai thérapeutique qui a mal tourné, le 15 janvier 2016. 
Des personnes passent devant l'hôpital de Pontchaillou à Rennes (Ille-et-Vilaine), où six patients sont hospitalisés après un essai thérapeutique qui a mal tourné, le 15 janvier 2016.  (DAMIEN MEYER / AFP)