Volcan aux Canaries : faut-il craindre le nuage de gaz irritant qui remonte par la France ?

L'éruption du volcan Cumbre Vieja sur l'île de La Palma, aux Canaries, a provoqué un vaste nuage qui est remonté par le sud de la France jeudi. Analyse des risques avec Augustin Colette, spécialiste de la qualité de l'air à l'Ineris.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une prévision du déplacement des émanations de dioxyde de souffre provenant du volcan Cumbre Vieja, en Espagne, réalisée le 22 septembre 2021. (COPERNICUS/ECMWF)

Des émanations de dioxyde de soufre au-dessus de nos têtes. Le scénario craint par les scientifiques s'est confirmé, jeudi 23 septembre, avec la remontée vers le sud de la France d'un nuage de ce gaz irritant en provenance du volcan Cumbre Vieja, situé sur l'une des îles Canaries, en Espagne. Quels risques posent ces fumées, potentiellement toxiques ? Franceinfo a posé à la question à Augustin Colette, responsable de l'unité modélisation de la qualité de l'air à l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris).

Franceinfo : Que contient exactement ce nuage qui a gagné le sud de la France jeudi après-midi ? 

Augustin Colette : En général, les volcans émettent des cendres et du dioxyde de soufre. Ici, c'est le dioxyde de soufre qui nous préoccupe le plus. D'après nos modélisations, qui reposent notamment sur l'analyse d'images satellite, le nuage est assez chargé (en gaz). Notre système de prévisions nous permet d'évaluer la quantité de soufre et de voir où il va se disperser. 

Ces émanations peuvent-elles dégrader la qualité de l'air dans les régions concernées ?

On dit que le panache a atteint la France, c'est vrai. Mais il est surtout présent en altitude, à 5 kilomètres de la surface environ. La qualité de l'air se mesure en analysant la concentration atmosphérique à la surface, et on ne s'attend pas à dépasser les seuils réglementaires. On restera sur des niveaux largement inférieurs. 

Des précipitations sont prévues dans le Sud ce week-end, et Météo France évoque un risque de pluies acides. Est-ce un phénomène dangereux ?

Lorsqu'il rencontre un environnement humide, le dioxyde de soufre participe au phénomène de pluie acide. C'est un phénomène que l'on connaît bien, et depuis longtemps. C'est même l'un des problèmes les plus anciens concernant la pollution dans la partie nord de l'Europe, qui remonte aux années 1960. On l'a d'ailleurs traité plutôt efficacement, en limitant drastiquement nos émissions de soufre dans l'industrie, notamment. 

Il se pourrait donc que ce panache cause des épisodes de pluie particulièrement acides samedi et dimanche, qui seront notables, mais resteront, normalement, dans le même ordre de grandeur que des épisodes récurrents en France. Nous sommes en contact avec des associations locales de surveillance de la qualité de l'air, qui sont capables de déployer des moyens mobiles pour surveiller les teneurs en soufre.

Les volcanologues préviennent que le Cumbre Vieja pourrait continuer à émettre du dioxyde de soufre pendant plusieurs jours. Cela amplifie-t-il le risque de nuisance ?

Depuis le début de cette éruption, nous sommes surpris par la colonne atmosphérique totale, qui s'étend de la surface jusqu'à 10 kilomètres d'altitude. Il nous a fallu bien évaluer le phénomène, voir où le panache était situé dans cette colonne et nous surveillons à la fois la teneur sur le moment, mais aussi le cumul des niveaux de soufre. 

Pour cela, nous travaillons en lien étroit avec Météo France, pour alimenter le site Prév'Air (la plateforme nationale de prévision de la qualité de l'air), que chacun peut consulter. Et nous travaillons aussi avec la branche Europe du réseau de surveillance satellite Copernicus. On nous parle d'un phénomène qui pourrait même durer plusieurs semaines, donc nous restons très vigilants.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement et santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.