Urgences : les effets de la canicule visibles dans les prochains jours

Le risque de malaises est particulièrement élevé en période de canicule. France 3 s'est rendue dans plusieurs centres hospitaliers de France. 

FRANCE 3

À l'hôpital de Rouen, en Seine-Maritime, le ventilateur s'est invité dans les couloirs. Face à la canicule, l'établissement se calfeutre dès 6 heures. "Pour les chambres qui n'ont pas de volets, on met des rideaux humides sur les fenêtres, puis on éteint toutes les lumières", explique une infirmière. Le personnel médical redouble de vigilance. En Charente, dans le centre hospitalier d'Angoulême, les urgences ne sont pas spécialement envahies ; un calme attribué au succès des campagnes de prévention.

"Il peut y avoir une carence dans l'organisme qui s'accentue par la suite"

À la mi-journée jeudi 25 juillet, si aucun chiffre officiel n'est tombé, on constate plus de passages aux urgences. Les effets de la canicule se feront ressentir dans quelques jours, un délai habituel. "Une déshydratation s'installe au cours des jours, il peut y avoir une carence dans l'organisme qui s'accentue par la suite", indique Edwige Mariany, responsable du service des urgences au centre hospitalier prive de l'Europe. Si la canicule prend fin dans la soirée, l'hôpital n'en a pas fini avec les conséquences de ce coup de chaud.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une vue aérienne du CHU de Rouen (Seine-Maritime), le 15 juillet 2017.
Une vue aérienne du CHU de Rouen (Seine-Maritime), le 15 juillet 2017. (GILLES TARGA/ AFP)