Essais nucléaires en Polynésie : pour Titaua Peu, "une grande partie des archives ne seront jamais déclassifiées"

Publié
Durée de la vidéo : 10 min.
Essais nucléaires en Polynésie : "une grande partie des archives ne seront jamais déclassifiées", estime la romancière Titaua Peu
FRANCEINFO
Article rédigé par
France Télévisions

L'écrivaine tahitienne Titaua Peu, invitée du 23h mercredi 6 octobre, évoque les conséquences environnementales et sociétales des essais nucléaires menés dans le Pacifique, au cœur de ses deux livres, "Mutismes" et "Pina" (éd. Pacifique).

À l’approche de la COP26 de, qui s’ouvrira le 1er novembre à Glasgow (Royaume-Uni), les romans de l’écrivaine tahitienne Titaua Peu, Mutismes et Pina (éd. Pacifique), trouvent une résonance particulière. "Nous sommes doublement pénalisés par le réchauffement climatique et par les problèmes causés par le Nord, notamment avec la mise en place des essais nucléaires, qui ont des conséquences environnementales et sociétales", explique-t-elle sur le plateau du 23h, mercredi 6 octobre. Ces conséquences sont notamment évoquées dans Mutismes, écrit en 2003 et republié en 2021.

Une "dette" de l’État français envers la Polynésie

"D’une certaine manière, les Polynésiens ont eu à subir un gros mensonge, puisque même nos politiques de l’époque ne savaient pas que les essais étaient néfastes. Ils ont été accueillis avec enthousiasme, c’était de l’argent facile, la manne de l’État français. Mais on a quand même pu assister à une montée de la pauvreté et un exode de nos archipels", poursuit Titaua Peu. En juillet dernier, Emmanuel Macron a d’ailleurs reconnu une "dette" envers la Polynésie pour avoir réalisé plus de 200 essais nucléaires dans le Pacifique jusqu’en 1980.

"L’indemnisation est un problème en Polynésie", souligne à ce titre la romancière. "Tous les projets de loi sont souvent modifiés en fonction des seuils d’exposition, ça devient incompréhensible, surtout pour les victimes. Les propos d’Emmanuel Macron quand il parle de transparence, on sait très bien qu’une grande part des archives ne seront jamais déclassifiées."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.