Bouches-du-Rhône : une habitante lance une pétition demandant une démoustication

Elle réclame au maire une démoustication de Fos-sur-Mer, alors que les moustiques ont déjà envahi cette commune des Bouches-du-Rhône, selon nos confrères de France Bleu Provence. Les riverains s'inquiètent notamment du moustique tigre, très présent dans la région.

Un agent de l\'EID (Entente interdépartementale pour la démoustication) pulvérise du BTI l\'insecticide autorisé dans des zones humides ou ont été repérés des larves de moustiques.
Un agent de l'EID (Entente interdépartementale pour la démoustication) pulvérise du BTI l'insecticide autorisé dans des zones humides ou ont été repérés des larves de moustiques. (GUILLAUME BONNEFONT / MAXPPP)

L'été n'est pas encore arrivé mais en revanche les moustiques ont déjà envahi la commune de Fos-sur-mer dans les Bouches-du-Rhône. Les riverains s'inquiètent notamment du moustique tigre, très présent dans la région et qui avait répandu le chikungunya au Cannet-des-Maures, dans le Var voisin, onze cas il y a deux ans. Au point qu'une habitante a lancé une pétition en ligne, réclamant au maire une démoustication de la zone, révèle lundi 13 mai France Bleu Provence.

Un cas de dengue détecté dans la ville voisine

Impossibilité de profiter de l'extérieur, des touristes qui écourtent leur séjour, des animaux menacés de maladies graves comme la leishmaniose ou le ver du cœur… La pétition, qui a déjà récolté près de 890 signatures lundi matin, énumère la liste des désagréments engendrés par l'infestation de moustiques. "Attention, à ce que ce qui pourrait apparaître comme un inconfort ne se transforme pas en insalubrité, en problème de santé publique", alerte le texte de la pétition qui cite un cas officiel de dengue détecté à Martigues, la ville voisine.

Le maire a d'ores et déjà répondu que ce n'était pas de son ressort mais de celui de l'opérateur EID Méditerranée, l'établissement public en charge de la lutte contre les moustiques. Une démoustication a déjà eu lieu fin février mais les larves étaient déjà trop avancées, selon les riverains, et le traitement n'a eu aucun effet. Ils réclament l'installation de bornes antimoustiques qui reproduisent la transpiration humaine et attire les insectes piqueurs dans un sac. Écologiques, elles sont déjà implantées en Camargue et à Marseille.