Bisphénol A : toujours présent malgré son interdiction

Combien d'industriels cachent encore du bisphénol A dans leurs emballages alimentaires ? Interdit depuis le 1er janvier 2015, ce produit chimique classé perturbateur endocrinien serait loin d'avoir disparu. C'est ce que révèle l'Association santé environnement France (Asef) dans une enquête menée en collaboration avec l'émission "On n'est plus des pigeons" », diffusée lundi soir sur France 4.

Plus d'un an après son interdiction en France, le bisphénol A est toujours présent dans certaines canettes et boîtes de conserve. À l'origine, l'Association santé environnement France (Asef) cherchait à comprendre par quel produit avait été remplacé le bisphénol A. Mais, surprise : en analysant quatre emballages alimentaires, elle découvre des traces de ce produit dans une canette de Pepsi et dans deux boîtes de conserve de haricots blancs des marques Carrefour et Compal.

Selon le Dr Pierre Souvet, président de l'Asef, "les industriels doivent expliquer pourquoi ils ont toujours ce produit dans leurs canettes et boîtes de conserve. Mais, cela pose aussi des questions au gouvernement. C’est quand même incroyable que sur un échantillon aussi faible, il y ait un taux aussi important de produits interdits. Donc, c’est à se demander si les contrôles sont faits, si la loi est respectée…".

Des effets sur la reproduction, sur l’obésité, sur les cancers du sein…

Les doses retrouvées sont très faibles, inférieures à 1 microgramme par litre. Mais, elles seraient suffisantes pour représenter un danger. Le bisphénol A contenu dans les emballages alimentaires représente à lui seul 60% des risques d’exposition. Il a en effet la particularité de "migrer" vers les aliments et de les contaminer.

Pour le professeur René Habert, toxicologue et spécialiste de la reproduction, si l'exposition ne diminue pas, "on reste dans une situation  de danger et, en particulier pour les femmes enceintes et les jeunes enfants. Les effets qui ont été démontrés sont des effets sur la reproduction, sur l'obésité, sur les maladies cardiovasculaires, sur les troubles du comportement, sur l'augmentation de la fréquence des cancers du sein…".

L’association a aussi testé des biberons en plastique. Et là, bonne nouvelle : sur six produits testés, aucun ne contenait de résidu de bisphénol A.