Cet article date de plus d'un an.

Déconfinement : la lente reprise des cours de natation pour les enfants

L'apprentissage de la natation est un enjeu de société pour limiter les risques de noyade. L'épidémie de Covid-19 a fait empirer une situation déjà critique d'un niveau global en baisse.

Article rédigé par
Théo Boscher - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Une enfant apprend à plonger (illsutration). (VANESSA MEYER / MAXPPP)

"C'est pour qu'on apprenne à nager, comme ça on pourra aller dans le grand bain ou à la mer", se félicite Alex, 8 ans, en classe de CE2 à Rouen. Premier cours de natation de l'année pour lui et ses copains. Depuis le 19 mai, les piscines peuvent accueillir tous les mineurs. Et il y a urgence, selon le principal syndicat des maîtres-nageurs sauveteurs. L'apprentissage de la natation a en effet été fortement contrarié à cause des confinements liés à l'épidémie de Covid-19. En mars dernier, la ministre des Sports tirait aussi la sonnette d'alarme sur ce qu'elle appelle "le fléau des noyades", en constante augmentation.

Thérèse Ternat, enseignante de l'école Bimorel de Rouen, est ravie de cette reprise : "On est très chanceux, parce que les piscines rouvrent pour les enfants. Et on va pouvoir avoir nos séances alors que l'année dernière, à cause du confinement, elles avaient été supprimées. Certains enfants n'ont pas eu de séance de natation." Après un an d'interruption, il faut donc reprendre les bases. "Savoir s'ils savent s'allonger, décoller les pieds du sol, mettre la tête dans l'eau, s'ils sont à l'aise dans l'eau", détaille Willy Perron, maître-nageur.

Un faible niveau général aggravé par la crise sanitaire

Depuis quelques années, le niveau des enfants en natation diminue, car il y a moins de piscines pour les accueillir. Ce qui augmente le risque de noyades pendant les vacances. Les fermetures imposées par la crise sanitaire n'arrangent rien. "Nous étions déjà avant le Covid-19 sur une grosse problématique de l'apprentissage de la natation, explique Hervé Canterel, chef de bassin du centre sportif Guy-Boissière.

"Il y a des enfants en 6e qui ne lâchent pas le bord du bassin. Là on risque de se retrouver avec des jeunes, à l'adolescence, non nageurs."

Hervé Canterel, chef de bassin du centre sportif Guy-Boissière

à franceinfo

En plus, à cause de la demi-jauge, la piscine ne peut accueillir qu'une seule classe à la fois et pas deux. Sans compter les établissements qui ont suspendu les cours, car le protocole sanitaire complique les sorties. "Dans ces groupes d'enfants scolaires, on a des enfants qui ne viennent à la piscine qu'avec l'école", assure Hervé Canterel. À la fin de la séance, le petit Jules fait le bilan : "Je n'arrivais pas à aller sous l'eau parce que je n'arrivais plus trop à respirer." En plus des séances à l'école, les maîtres-nageurs recommandent de prendre des leçons de natation en plus, pour passer l'été à la plage en toute sécurité.

Les cours de natation ont pu reprendre pour les mineurs - le reportage de Théo Boscher
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé et maladie des enfants et ados

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.