"Un litre de vodka et deux bouteilles de vin par jour" : comme de nombreux jeunes, Paul a déjà un lourd passé d'alcoolique

Fin septembre, l'OMS a publié un rapport sur la consommation d'alcool chez les jeunes en Europe. S'ils sont, globalement, moins nombreux à boire, les niveaux de consommation restent dangereusement élevés. Paul, qui a commencé à boire vers l'âge de 16 ans, raconte à franceinfo sa descente aux enfers.

Des jeunes boivent de l\'alcool à Rome (Italie), le 9 août 2018.
Des jeunes boivent de l'alcool à Rome (Italie), le 9 août 2018. (LUIGI INNAMORATI / SINTESI / SIPA)

"Ce n’est pas une maladie de vieux dans la rue." Quand il parle de son récent passé d’alcoolique, Paul* a la voix calme et posée. A 28 ans, il est sobre depuis deux ans après avoir lutté de nombreuses années contre son addiction, qui a débuté à l'adolescence. L’alcool, disponible et facile d'accès, est l’une des drogues les plus utilisées chez les jeunes constate l'OMS dans son rapport sur le sujet, publié le 26 septembre. Selon cette étude, en 2014, plus d'un adolescent européen sur dix consommait régulièrement de l’alcool chaque semaine à l’âge de 15 ans (9% des filles et 16% des garçons). En France, c'est la première cause de mortalité chez les 15-30 ans, comme le rappellent les signataires de la lettre ouverte à la ministre de la Santé, datée du 11 octobre. 

"J'aimais bien boire"

Lorsqu'il parle de sa période d'alcoolisme, Paul a aujourd'hui l’impression de "parler d’une autre personne". Du Paul qui, à 16 ans, boit d'abord régulièrement en soirée avec les copains du lycée. Avec le recul, il comprend que c’est à ce moment-là que l’envie d'alcool s’est installée. "J’aimais bien boire, même si ce n’était pas tous les jours, bien sûr. Mais la base était établie." Il n'est pas un cas isoléLe rapport de l'OMS révèle qu'un quart des garçons et plus d'une fille sur cinq interrogés ont déjà été ivre deux fois ou plus à 15 ans. Les jeunes sont une cible très sensible et réceptive explique le professeur Nicolas Simon, président de l'Association nationale de prévention en alcoologie et en addictologie.

Leur cerveau, en pleine construction émotionnelle, est dans l’exploration du plaisir et pas encore dans le contrôle. Et si, à ce moment-là, se développe la connaissance et la mémoire de l’alcool, il y a une forte probabilité que le jeune développe une addiction.Pr Nicolas Simon, addictologueà franceinfo

A 17 ans, Paul est un élève plutôt brillant mais fragile. Il fugue avec sa meilleure amie pour Naples (Italie), où pendant huit mois, ils vivent avec des marginaux, des "punks à chien". Dans la rue, l’alcool devient un automatisme. "C’est la spirale. Tous les jours, c’est un litre de vin." Dans un regain de lucidité, il rentre dans sa famille pour passer son bac. Mais l'alcool le suit.

J’ai continué à boire sur l’argent de mes parents. J’ai passé mon bac L, avec trois verres de vin par jour.Paulà franceinfo

Une fois son bac en poche, les études supérieures n'arrangent rien à son addiction. "J’ai plongé dans l’alcool dur... A 20 ans, je buvais un litre de vodka par jour, en plus de mes deux litres de vin." La consommation d'alcool chez les étudiants est préoccupante, selon Olivier Phan, un pédopsychiatre qui officie dans un centre de consultations pour jeunes consommateurs"Loin de chez eux, dans la solitude des grandes villes, avec une sollicitation importante, ils répondent positivement à l’importante offre d’alcool qui est proposé dans le milieu étudiant", explique-t-il à franceinfo.

"Ma mère pensait que je me droguais"

Face à son addiction, les parents de Paul sont désarmés. "Ma mère, petit à petit, ne m’a plus reconnu : dans mon comportement avec elle, dans mon rapport avec les autres, dans mes accès de colère. Au début, elle pensait que je me droguais. Elle a essayé de me faire réagir, mais cela m’éloignait encore plus." Paul est de plus en plus violent, verbalement et physiquement, avec sa mère divorcée, qui lui demande alors de partir. Le jeune homme, en colère, nage dans une incompréhension totale. Aujourd'hui, il admet "qu'elle se protégeait elle-même et essayait de me protéger".

Face à des enfants souvent majeurs quand l'addiction s'installe, les parents ne peuvent rien leur imposer. Les professionnels des centres de soins d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA), auprès desquels les proches viennent chercher un soutien, leur conseillent de renouer le dialogue, de redevenir influent dans la vie de leur enfant. Loin de sa mère, Paul, lui, squatte dans une colocation où les autres ont " un alcool mondain". Lui est plongé dans son addiction.

Je me suis retrouvé seul sur le canapé, sans objectif, sans personne. Se doucher ne devient plus une priorité, vous êtes un légume et c’est un état qui vous va.Paulà franceinfo

Paul estime s'être "enterré tout seul", lui qui se décrit pourtant comme "un garçon qui avait les pieds sur terre, social et bien éduqué", arguant que tomber dans l'alcoolisme, "ce n’est pas une question de laxisme ou de lacune intellectuelle". Dans son étude, l'OMS confirme également que ce n'est plus une question de genre, que les filles sont aussi concernées, ni une question de milieu social ou de provenance géographique.

Comas, perte de mémoire et tentatives de suicide

A la recherche de sa dose quotidienne, Paul ne sort jamais sans ses lunettes noires. Il varie les lieux d’achats et les horaires en fonction de son état. "Mais quitte à braver la honte, j’y allais. Et si j’étais encore bourré, j’en avais encore plus rien à foutre". Il dit avoir "tout essayé" : d'innombrables 'shots' (de petits verres) avalés en un temps record, du "binge drinking" (un maximum d'alcool consommé en un minimum de temps) ou encore de l'autostrangulation, qui provoque plus rapidement les effets de l’alcool. Désinhibé, il est poussé vers un comportement à risque, "l'alcool vous fait agir par pulsion."

Le jeune homme se souvient avec amertume de ses crises de violence, de ses hurlements qui pouvaient durer plusieurs minutes sans que personne n’ose intervenir. "Dans le métro, dans la rue, bourré, j’étais dans la provocation. Dès que l’on me regardait, je répondais, j’insultais." Il cumule les black-out "ces trous noirs où se perdent les souvenirs" et les comas éthyliques. Pour Paul, rien de grave. Il relativise même son traumatisme crânien dû à une chute en état d’ivresse, qui lui a fait perdre quinze jours de sa mémoire. Des événements qui ne sont pas sans conséquence explique le pédopsychiatre, Oliver Phan.

Ces effets sont les mêmes que le K.-O. chez le boxeur, le black-out impose des coups au cerveau qui, répétés, deviennent irréversibles.Olivier Phan, pédopsychiatreà franceinfo

Paul reconnaît que les phases de black-out étaient "les meilleures", car il redoutait les moments de lucidité. "C’est là qu’on est le plus vulnérable, qu’on pense au suicide car on ne se reconnaît plus." Il tentera par deux fois de mettre fin à ses jours. 

Sevré grâce au baclofène

C’est un intense ras-le-bol qui le pousse enfin, à 21 ans, à accepter une aide extérieure. De retour chez sa mère, il rencontre un premier psychiatre, "mais j'ai rapidement vu les limites de son accompagnement et des médicaments qu'il me donnait". Un an plus tard, il en voit un second qui lui prescrit des nouveaux médicaments "qui ne réussissent pas à me sortir de mes deux litres de vin quotidien". Il met alors en place des routines. Noter ses tâches de la journée à venir ou se lever tous les jours à la même heure le rassurent. Mais au moindre stress ou insatisfaction, comme une dispute avec ses proches, il retombe dans l’alcool. 

Puis, c’est la bonne rencontre. A 25 ans, le jeune homme pousse la porte d’un centre de consultations de jeunes consommateurs. Le médecin, qu’il voit encore aujourd’hui, lui explique que son addiction n’est pas une fatalité et qu’il peut s’en sortir. Une révélation pour Paul qui se voyait quasiment "né alcoolique". Il commence alors le baclofène. Ce décontractant musculaire utilisé hors de son indication traite le besoin irrépressible de consommer des alcoolodépendants. Rapidement, sa consommation baisse.

C’est motivant d’avoir des plages de lucidité plus grande, de pouvoir sortir sans lunettes, de reprendre goût à la vie, d’aller au ciné sans s’endormir, d'être enfin comme tout le monde.Paulà franceinfo

S'il est possible de s’en sortir, l'addictologue Nicolas Simon insiste sur l’importance d’un accompagnement régulier en plus d’une médication. Car si "le sevrage nettoie le corps de la substance, il ne règle pas le problème de l'addiction qui est une maladie neurobiologique".  

Paul a mis cinq ans pour sortir complétement de son addiction. Ce temps varie à chaque histoire ,mais "tous racontent la rapide chute dans l'alcool et la difficulté de s’en sortir, une fois le déni passé" témoigne un des écoutants d'Alcool Info Service, dispositif d'aide qui dépend de l'agence Santé publique France. Car la prise de conscience est assez tardive en général, explique Thomas Maës-Martin du collectif Baclohelp, qui accompagne des patients soignés avec du baclofène.

Ils vont s’enfoncer, leurs relations amicales et familiales vont s’étioler jusqu’à la solitude absolue et c’est à ce moment-là seulement et malheureusement qu’ils vont pouvoir faire le constat et chercher des solutions.Thomas Maës-Martin, collectif Baclohelpà franceinfo

Paul est sobre depuis deux ans. Mais récemment lors d'un anniversaire, il a bu deux verres de rouge. Les effets pervers de l’alcool sont rapidement réapparus. "D’un coup, cela a posé un filtre sur ma réalité, toute la merde que j’ai pu vivre est revenue. C'était comme un dédoublement, je me suis revu alcoolique." Déterminé le jeune homme lâche alors un "Plus jamais !"  Aujourd’hui, il est fier de dire qu’il s’en est sorti. Mais il sait qu'il n'est pas indemne pour autant, lui qui, à seulement 28 ans, doit vivre avec ce passé douloureux et avec un traitement qu'il devra suivre toute sa vie.

* Le prénom a été modifié à la demande de l'intéressé.