Interdiction de fumer dans les lieux publics : une loi pour rien?

Depuis le 1er février 2007, il est interdit de fumer dans les gares, les centres commerciaux, les cours de récréation ou les lieux de travail. Une mesure sans réel impact sur le nombre de fumeurs et de décès liés au tabac.

La loi interdisant le tabac dans les lieux public est entrée en vigueur il y a tout juste dix ans. Les écoles, hôpitaux, centres commerciaux sont devenus non-fumeurs. Pour les bars, discothèques, restaurants, il a fallu attendre le 1er janvier 2008. Selon un sondage CSA, réalisé pour Direct Matin, et publié mardi 31 janvier, 65% des Français soutiennent cette mesure, qu’ils jugent "bonne et suffisante".

Qui se risque à fumer dans ces lieux peut écoper d’une amende de 68 euros. Si un patron de bar ne fait pas respecter la loi, son amende peut s'élever à 135 euros. La mesure est respectée quasiment partout.

Au départ, l'objectif de cette loi était de diminuer considérablement le nombre de fumeurs. Mais dix ans après, le pari n'est pas tenu. Depuis 2007, les chiffres sont restés stables : environ 30% des personnes entre 15 et 85 ans sont fumeuses en France. Le nombre de décès liés au tabac est de 70 000 par an.

Seul point positif: la diminution du tabagisme passif. "On avait dans les boîtes de nuit des taux de pollution au monoxyde de carbone et aux particules fines qui étaient ultra-toxique, et cela a complètement disparu", explique le professeur Bernard Dautzenberg, tabacologue à l'hôpital de la Pitié-Salpétrière, à Paris.

Alors, faut-il aller plus loin ? Selon le sondage CSA, 29% des Français sont prêts à étendre l’interdiction aux lieux ouverts comme les parcs ou les rues. Chez les plus de 65 ans, le pourcentage atteint même 40%. Seulement 6% des personnes interrogées estiment que la loi actuelle va trop loin.

Le prix, seul levier efficace ?

Si le nombre de fumeurs n'a pas diminué significativement, le nombre de paquets vendus a lui baissé... mais pour des raisons financières. En 2000, 82,5 milliards de cigarettes ont été écoulés. En 2004, ce chiffre a chuté à 54,9 milliards. Entre-temps, le prix du paquet est passé de 3,20 euros à 5 euros… La plus forte baisse des ventes a eu lieu en 2004, année où le prix du paquet a augmenté de un euro. La loi sur l'interdiction de la cigarette dans les lieux publics a eu peu de conséquences puisque depuis 2007 le nombre des ventes de cigarettes est resté relativement stable. En 2016, 44,9 milliards de cigarettes ont été vendues en France.

Ce phénomène pourrait aussi s'expliquer par l'augmentation des ventes de tabac à rouler et l'achat de cigarettes de contrebande et à l'étranger.

Marisol Touraine, ministre de la Santé, s’était montrée favorable à un paquet de cigarettes à dix euros. L’annonce, faite en février 2016, était retombée comme un soufflet. La mesure avait finalement été repoussée à la prochaine élection présidentielle, cette année 2017 donc.