Arrêt du tabac : une baisse des risques cardio-vasculaires à tous les âges

Pour les gros fumeurs, cinq ans après le sevrage, cette baisse est estimée à 39%, d’après une nouvelle étude menée sur près de 9.000 personnes.

Arrêt du tabac : une baisse des risques cardio-vasculaires à tous les âges
Arrêt du tabac : une baisse des risques cardio-vasculaires à tous les âges (©Fotolia)

Gros fumeurs, tout n’est pas perdu ! Une vaste étude publiée dans le Journal of the American Medical Association (Jama) le 20 août montre que si vous arrêtez définitivement le tabac, les bénéfices cardio-vasculaires seront conséquents dès cinq ans après le sevrage. Plus précisément, ce risque de maladies cardio-vasculaires baisse en moyenne de 39%. De plus, celui des anciens fumeurs est quasiment le même que celui des non fumeurs après 10 à 15 ans de sevrage. Cela, quel que soit l’âge.

Une étude sur plus de 50 ans

Pour arriver à ces résultats, les chercheurs de l’Université de Vanderbilt de Nashville et de l’école de santé publique de Boston ont analysé les données de 8.770 personnes, de 1954 à 2015. Ils ont ainsi étudié les effets de l’arrêt du tabac en ce qui concerne les risques d’infarctus du myocarde, d’AVC, de décès par maladies cardio-vasculaires et d’insuffisance cardiaque chez ceux qui fumaient plus de 20 paquets par an (2.371 personnes au total).

Ils notent toutefois que le risque cardio-vasculaire reste sensiblement plus élevé chez les anciens fumeurs que chez les personnes n’ayant jamais fumé : le bénéfice n’est jamais total. A noter que les chercheurs n’ont étudié ni l’évolution des risques de cancer, ni celui de bronchopathie.

Les effets du tabagisme sur la santé vasculaire sont multiples : augmentation de la pression artérielle, accélération du rythme cardiaque et détérioration des artères. Cela augmente le risque d'infarctus, d'athérosclérose et d’AVC. En France, on estime que 25% des décès liés au tabagisme sont des décès cardiovasculaires. Ce chiffre monte à plus de 30% chez les femmes.