Vidéo Yannick Jadot favorable à la "légalisation" du cannabis pour "concentrer" la répression sur les drogues dures

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Emmanuel Macron propose un grand débat national sur la consommation de drogue et a déclaré ne pas être favorable à la légalisation du cannabis.

Yannick Jadot appelle à la "légalisation" du cannabis pour "se concentrer en termes de répression sur les drogues dures", lundi 19 avril sur franceinfo, alors que le chef de l'État propose un grand débat national sur la consommation de drogue. "Quand vous faites de la légalisation, vous contrôlez la production, vous contrôlez la vente. La dépénalisation, vous laisser s'installer les trafics et vous, vous ne vous n'avez pas de mesure de santé publique, notamment à l'attention des jeunes", explique l'eurodéputé écologiste.

"La situation française est particulièrement dramatique"

Selon le député écologiste, dans les pays européens qui ont mis en place la légalisation du cannabis, on constate "une réduction des risques d'addiction, une réduction des maladies et notamment psychologiques liées aux addictions" et "la réduction des trafics". Yannick Jadot affirme que cela permet "de se concentrer en termes de répression sur les drogues dures". Selon l'eurodéputé, il y a urgence à passer à l'action.

"La France est le pays le plus répressif d'Europe et pourtant le pays où il y a la plus grande consommation, notamment chez les jeunes."

Yannick Jadot

à franceinfo

Yannick Jadot met en garde contre un débat faussé alors que le chef de l'État n'est pas favorable la légalisation du cannabis. "Comme d'habitude, Emmanuel Macron veut lancer un débat en ayant donné les conclusions du débat avant que ce débat se soit tenu, déclare-t-il. C'est encore une erreur politique. La situation française est particulièrement dramatique. C'est ce que disent tous les spécialistes des drogues, tous les spécialistes des trafics, tous les spécialistes des addictions."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.