Cet article date de plus d'un an.

Cannabis : l’insomnie est deux fois plus fréquente chez les étudiants qui en consomment tous les jours, selon une étude

Selon l'étude, la probabilité d'insomnie est même deux fois plus élevée chez les consommateurs quotidiens de cannabis par rapport aux consommateurs occasionnels ou rares.
Article rédigé par Solenne Le Hen, franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Un homme fume un joint, à Paris le 12 mais 2018. Photo d'illustration. (THOMAS SAMSON / AFP)

En France, la probabilité de souffrir d’insomnie chez les étudiants est supérieure de 45% chez les consommateurs de cannabis par rapport aux non-consommateurs. Cette probabilité est même deux fois plus élevée chez les consommateurs quotidiens de cannabis par rapport aux consommateurs occasionnels ou rares, révèle une étude réalisée par des chercheurs et chercheuses de l’Inserm, de l’université et du CHU de Bordeaux, au centre de recherche Bordeaux Population Health. Pour la première fois, ils ont mené une analyse approfondie de l’association entre la consommation de cannabis et les troubles du sommeil.

L'étude, publiée dans Psychiatry Research, a été faite auprès de 14 787 étudiants universitaires. Tous font partie de la cohorte i-Share qui porte sur la santé générale des étudiants, dirigée par Christophe Tzourio, dernier auteur de l’étude. Ils ont tous accepté de répondre à un questionnaire sur leur mode de vie.

Un lien préoccupant

Un baromètre de Santé publique France révèle que les étudiants français sont nombreux à déclarer fumer du cannabis régulièrement. Il y a 13,9% des 18-25 ans qui disent en consommer mensuellement et 4% quotidiennement. Une précédente étude a montré que les jeunes adultes ont du mal à dormir. Ils sont 55% des étudiants à déclarer avoir des troubles du sommeil et 19% disent souffrir d'insomnie.

Les chercheurs restent prudents et précisent qu'ils n'ont pas la preuve scientifique que le cannabis provoque des insomnies mais établissent un lien préoccupant car la consommation de cannabis chez les étudiants pourrait avoir des conséquences sur leur réussite dans les études, ainsi que sur leur santé physique et mentale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.