L'espérance de vie en milieu rural reste inférieure à celle des villes, confirme une étude

Les écarts d'espérance de vie entre départements ruraux et départements urbains se sont aggravés depuis trente ans, selon une étude dévoilée par France Bleu jeudi.
Article rédigé par France Info - avec France Bleu
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
Un homme et une femme à Guyancourt, Yvelines, le 24 octobre 2019. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Il y a 14 216 décès par an en plus dans les zones rurales que ce qui serait attendu si l'espérance de vie était identique à celle des villes, révèle une étude menée par l'Association des maires ruraux de France (AMRF)* et dévoilée jeudi 20 avril par France Bleu. Selon cette étude, à âge et sexe égal, l'indice de mortalité des bassins de vie ruraux est supérieur de six points à celui des bassins de vie urbains.

>> Grève des médecins libéraux : "L'ensemble de la France est un désert médical", dénoncent de jeunes médecins pour la troisième journée de mobilisation

L'AMRF constate une aggravation des écarts d'espérance de vie entre départements ruraux et départements urbains depuis trente ans. Ainsi, l'espérance de vie du moment des habitants en zone rurale à la naissance est jusqu'à deux ans moindres que ceux des villes. En 2021, chez les hommes, elle était de 78,8 ans dans les départements considérés comme hyper-ruraux, contre 80,2 ans dans les départements hyper urbains. Chez les femmes, l'espérance de vie du moment était alors de 84,9 ans pour celles des milieux hyper ruraux et de 85,7 ans en milieu hyper urbain.

Le nombre moyen de décès en 2020-2021 était de 236 943 dans les bassins de vie ruraux (qui comptent une population totale de 20,3 millions), quand il était de 662 474 décès dans les bassins de vie urbains qui comptent 48 millions d'habitants. L'étude a donc établit un indice de mortalité selon les bassins de vie. Il en sort qu'à âge et sexe égaux, l'indice de mortalité des bassins de vie ruraux (104) est supérieur de six points à celui des bassins de vie urbains (98).

Quatre propositions

Ces résultats confirment donc, selon l'association, que "la localisation en ville ou à la campagne devient un facteur déterminant des inégalités d'espérance de vie". Face à ce constat, l'Association des maires ruraux de France rappelle "l'importance de la proximité dans l'organisation du service de santé". Elle appelle à une "refondation de la démocratie sanitaire". Pour cela, elle a réuni 35 réseaux de professionnels de santé et d'élus, tels que Familles rurales ou la Macif afin de présenter des propositions de solutions concrètes.

Quatre propositions ont fait consensus : "donner des moyens aux étudiants en santé de faire des stages hors du lieu de formation initiale (en développant notamment les hébergements territoriaux des étudiants en santé et les aides au transport), mettre en place et développer les équipes de soins coordonnées autour du patient (Escap) et mieux répartir les professionnels de santé" à travers par exemple "la création d'un guichet unique d'accompagnement qui centralise à l'échelle de chaque département, les besoins territoriaux, les aides financières, l'accompagnement administratif et les informations relatives à la vie familiale du professionnel". Ils plaident aussi pour "développer de nouvelles manières de pratiquer susceptibles d'assurer à la population une prise en charge rapide et en proximité".


*Méthodologie : Pour établir cette étude, l'Association des maires ruraux de France s'est basée sur les chiffres de l'Etat civil provenant de l'Insee. Concernant l'indice comparatif de mortalité, l'étude a observé la mortalité sur une population d'au moins 1 600 habitants. "La méthode des taux types consiste à appliquer à chacun des groupes d'âge et sexe des populations à étude la série des taux par âge et sexe observés dans une population de référence ou même totalement fictive, puis à calculer le rapport entre les décès observés ou le taux de mortalité brut observé et les décès qualifiés d'attendus, qui seraient ceux que l'on observerait dans les populations à l’étude si chacune d’entre elles subissait la loi de mortalité de la population de référence". Un découpage en 1 666 bassins de vie a alors été retenu. L'indice a également été ajusté sur la composition par âge et sexe de la population des cantons au dernier recensement exhaustif de 2019.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.