Dans le Cantal, l’opticien passe de village en village

À la campagne, ce n’est pas toujours évident d’avoir un rendez-vous rapidement chez un ophtalmologue. Dans le Cantal, un opticien sillonne les villages pour une consultation ambulante.

France 2

Dans ce village du Cantal, un camping-car un peu particulier. C’est celui d’un opticien, car ici, en temps normal, les rendez-vous sont très longs à obtenir. Aujourd’hui, Yves Thévenoux, l’opticien, reçoit ce client qui n’a pas pu changer de lunettes depuis sept ans. Alors, quand ce dernier a vu passer ce camping-car dans ce village, il n’a pas hésité. "Là, en un mois, un mois et demi, c’est réglé", relève-t-il.

Pallier le manque de praticiens

L’opticien procède à un examen pour évaluer la correction que nécessitent les yeux. Au-delà de certaines valeurs, il envoie le client chez l’ophtalmologue pour vérifier ses mesures. À 67 ans, cet opticien est sorti de la retraite pour pallier le manque de praticiens dans ce département. "On refait le métier qu’on aurait toujours dû faire", indique-t-il. Depuis le lancement de ce cabinet mobile, l’opticien a reçu près de 600 personnes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Chez l\'opticien, des montures à reste à charge zéro seront proposées pour un prix de 30 euros maximum.
Chez l'opticien, des montures à reste à charge zéro seront proposées pour un prix de 30 euros maximum. (PATRICK LEFEVRE / BELGA MAG / AFP)