Des protections périodiques seront disponibles gratuitement dans les universités et les résidences des Crous à la rentrée prochaine

Cette décision, annoncée par la ministre de l'Enseignement supérieur, s'inscrit dans le cadre de la lutte contre la précarité des jeunes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des protections périodiques, photographiées le 27 novembre 2020 à Berlin (Allemagne). (ANNETTE RIEDL / DPA / AFP)

Les protections périodiques seront gratuites à partir de la prochaine rentrée de septembre dans les universités, a annoncé mardi 23 février la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal. Une décision qui s'inscrit dans le cadre de la lutte contre la précarité des jeunes. Dans les prochaines semaines, les résidences universitaires des Crous et les services de santé universitaires seront équipés en distributeurs de protections hygiéniques, a annoncé la ministre lors d'une rencontre à Poitiers avec des étudiants. "On vise 1 500 distributeurs et une gratuité complète à la rentrée", a-t-elle ajouté.

Ces protections seront "respectueuses de l'environnement", précise le ministère.

Une étudiante sur trois concernée

Cette annonce intervient alors que la ministre est apparue fragilisée ces derniers jours, après la polémique suscitée par ses sorties sur un "islamo-gauchisme" aux contours nébuleux. Semblant pressée de tourner la page, Frédérique Vidal martèle depuis que sa "priorité, c'est la question des étudiants".

La gratuité des protections périodiques dans l'enseignement supérieur a été décidée après un travail de concertation entre la ministre et différents acteurs (parlementaires, organisations étudiantes représentatives, ou encore l'association Règles Elémentaires), a précisé Frédérique Vidal.

Selon une étude réalisée par l'Association fédérative des étudiants de Poitiers et l'Association nationale des étudiants sages-femmes en février, un tiers des étudiantes aurait besoin d'aide pour acheter des protections périodiques.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.