Cet article date de plus d'un an.

Des pédiatres européens alertent sur la pénurie de plusieurs médicaments pour enfants

En France, au cours des derniers mois, des tensions ont pesé sur les stocks de plusieurs médicaments, dont l'amoxicilline, largement prescrite aux enfants.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des boites d'amoxicilline dans une pharmacie, à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), le 14 mars 2023. (JOHAN BEN AZZOUZ / MAXPPP)

"La santé de nos enfants et de nos jeunes est en danger en raison du manque de médicaments dans toute l'Europe", alertent des pédiatres de plusieurs pays européens. Dans une lettre ouverte dont l'AFP s'est procuré une copie, samedi 29 avril, ils demandent "une solution rapide, fiable et durable" à cette pénurie. Les signataires, parmi lesquels figure le président de l'Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA), Andréas Werner, soulignent dans ce courrier la nécessité de disposer d'antibiotiques, d'analgésiques, de médicaments contre la fièvre et l'asthme, ainsi que de vaccins.

"Nous considérons qu'il est de la responsabilité des décideurs politiques de garantir une production et un approvisionnement suffisants pour constituer des stocks de médicaments importants pour les soins pédiatriques de base en Europe", écrivent-ils dans cette lettre adressée aux ministres de la Santé de l'Allemagne, de la France, du Sud-Tyrol (Italie), Autriche et Suisse.

Des médicaments en rupture cet hiver en France

En France, au cours des derniers mois, des tensions ont pesé sur les stocks de plusieurs médicaments. Plusieurs antibiotiques, dont l'amoxicilline, largement prescrite aux enfants, étaient ainsi en rupture cet hiver. Début février, le ministre de la Santé a annoncé un plan visant à prévenir toute future crise. Le gouvernement a notamment déclaré qu'il allait autoriser des hausses de prix pour certains génériques essentiels, afin d'inciter les fabricants à poursuivre leur production.

Après la publication du texte dans le journal allemand Neue Osnabrücker Zeitung, le ministre de la Santé outre-Rhin, Karl Lauterbach, a réagi sur Twitter, qualifiant l'inquiétude des professionnels de santé de "justifiée", alors qu'une loi sur le sujet est actuellement examinée par le parlement allemand.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.