NASH : le microbiote au secours des foies gras ?

Le microbiote intestinal continue de livrer ses secrets. Une étude internationale publiée ce mercredi 11 juillet 2018 montre le lien entre les microbes intestinaux et le développement du "foie gras". Une piste pour de nouveaux marqueurs de diagnostic, mais aussi de nouveaux traitements de l'obésité.

Les chercheurs français, anglais et italiens ont étudié la flore intestinale, le microbiote, d'une centaine de femmes obèses. Celles qui avaient un petit nombre de bactéries intestinales souffraient d'une grave maladie du foie, le NASH. Elle se traduit par une inflammation et une multiplication de cellules graisseuses dans le foie. Les scientifiques ont alors réussi à démontrer le lien entre cette dégradation et le contenu de l'intestin.

À lire aussi : Flore intestinale : une collection de bactéries

"Les chercheurs ont transféré les matières fécales des patientes malades vers des souris. Et ils ont retrouvé cette maladie du foie chez les souris. C'est une bonne preuve que le microbiote a un fort lien avec la maladie. Car ce simple transfert de matières fécales permet de rendre ces souris malades", explique le Dr Sean Kennedy, microbiologiste.

L'étude a en plus montré que la flore intestinale des personnes malades contient des bactéries qui produisent des substances directement toxiques pour le foie. À l'avenir, leur identification dans les selles des patients pourrait être un marqueur capable d'identifier ceux qui sont le plus en danger.

À lire aussi : Obésité : le rôle clé du microbiote intestinal

L'étape suivante consiste à trouver des traitements pour rééquilibrer le microbiote : soit des compléments alimentaires de la famille des probiotiques, soit des greffes fécales qui apporteront à la flore intestinale les bactéries dont elle a besoin.


Enquête de santé "Les super-pouvoirs de l'intestin", diffusée le 23 avril 2017

NASH : le microbiote au secours des foies gras ?
NASH : le microbiote au secours des foies gras ?