Le plus ancien animal sur Terre était ovale, plat et barbotait il y a 558 millions d'années, selon des chercheurs australiens

Des chercheurs de l'université nationale d'Australie ont publié dans "Nature" des éléments qui, selon eux, prouvent que le Dickinsonia était bien un animal, et non un végétal ou un autre organisme.

Un fossile de Dickinsonia.
Un fossile de Dickinsonia. (ILYA BOBROVSKIY / AUSTRALIAN NATI / AUSTRALIAN NATIONAL UNIVERSITY / AFP)

Il était ovale et plat avec une sorte de dorsale centrale, mesurait plusieurs dizaines de centimètres de longueur et vivait au fond des océans, sans bouche, intestins ni anus, il y a un demi-milliard d'années. Des chercheurs de l'université nationale d'Australie ont affirmé, dans la revue Science (en anglais) jeudi 20 septembre, avoir prouvé l'existence du plus ancien animal ayant vécu. Il s'agit du Dickinsonia.

Si des milliers de fossiles avaient déjà été retrouvés depuis soixante-quinze ans sur la planète, leur appartenance au règne animal faisait débat. Les scientifiques australiens ont ainsi apporté la preuve selon eux décisive, à partir des molécules animales retrouvées, que la créature était bien l'un des premiers animaux à avoir vécu, en tout cas le plus ancien jamais confirmé, puisqu'elle a vécu il y a 558 millions d'années. Il pourrait s'agir de "l'ancêtre des insectes", précise RTL.

Des mystères encore non résolus

D'autres chercheurs ont clamé auparavant avoir résolu le même mystère, et la publication des chercheurs australiens confirment ces travaux. Avec des méthodes nouvelles : "c'est la première fois que des marqueurs biologiques sont utilisés pour des fossiles de l'Ediacarien", note ainsi le paléobiologiste Doug Erwin, à l'Institut Smithsonian à Washington.

Prouver que Dickinsonia était un animal ne marque pourtant pas la fin du mystère. On ignore encore comment il se nourrissait (puisqu'il n'avait pas de bouche) ou comment il se reproduisait. Surtout, des calculs statistiques sur l'ADN laissent penser que le règne animal a débuté 720 millions d'années avant notre ère. Il reste donc un fossé de quelque 160 millions d'années à combler, jusqu'à l'apparition de cette créature plate et ovale.